Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il va, promenant jusqu’au soir
Ce joli rien qui fait sa gloire.


L’hôte joyeux de cette cage n’est pas plus léger que les vers voltigeant d’un détail à un autre, en quoi ils sont bien servis par le style particulier à l’auteur, style qui a ses taches, mais qui se compose surtout de bonheur d’expression. Ces tableaux fugitifs pour la pensée et sautillans pour l’harmonie ont leur philosophie. Voilà bien le Louis XV jouant de ses ministres comme sa maîtresse joue des oranges qu’elle fait sauter en l’air. Après avoir abusé de tout, des honneurs royaux, de l’or, du vin, des femmes, il est arrivé au dégoût de toute chose, au mépris des hommes et de lui-même : il n’aime plus rien, pas même son peuple. Pourtant la leçon serait incomplète sans la présence du négrillon Zamore, qui sert la Du Barry et remplit la coupe du roi de France. Vienne 1793, ce personnage muet qui assiste aux épanchemens intimes des deux amans parlera dans les clubs et devant le comité de sûreté générale. L’ignoble petit monstre, dans sa déposition contre sa maîtresse, se qualifiera l’ami de Franklin et de Marat. En attendant il se souviendra du « saute Choiseul ! saute Praslin ! » et il se promet de dire à son tour : « Saute Jeanne ! saute Louis ! »

L’autre morceau, intitulé Louis XIV, est sans contredit le meilleur du recueil. Le roi y est traité avec une dureté contre laquelle l’histoire pourrait s’inscrire, si la poésie n’abusait de je ne sais quels droits particuliers sur ces grands personnages du passé. Le monarque est assis vis-à-vis de Mme de Maintenon, qui lit tout haut, mais qu’il n’écoute pas. Il est à ses pensées, c’est-à-dire aux reproches de sa conscience. Nous sommes en 1712, au cœur de l’hiver, quand la paix n’est pas faite, et que dans ce règne qui approche visiblement de sa fin il y a place encore pour un désastre. On ne pourrait souhaiter une entrée en matière plus franche que celle-ci :

 »J’ai trop régné, j’ai trop vécu ! »
Et branlant sa tête caduque,
Morne, il pleurait sous sa perruque
Les larmes du lion vaincu.

Benoîtement emmitouflée,
Dans sa causeuse de Beauvais,
Jaune, grassotte, l’œil mauvais,
La gorge de pudeur gonflée,

La Maintenon au grand vieillard
Faisait vis-à-vis dans la chambre;
Au dehors grelottait décembre.
Partout la neige et le brouillard;