Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/332

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


coup porté à l’espoir qu’il nourrissait encore au fond de son cœur. La comtesse, il le savait, avait longtemps résisté à la folle idée de son fils d’épouser une fille de rien ; son invitation prouvait qu’elle s’était adoucie, probablement à cause du jour qui s’était fait sur les véritables origines de Mlle Toinette. Sa naissance n’en était pas plus édifiante; mais enfin elle avait du sang princier dans les veines, et cela changeait bien des choses. Il était clair aussi qu’en se rendant à l’invitation de la comtesse, Toinette avouait indirectement son intention de céder aux instances de son fils. Cette brusque révélation, tombant sur un cœur déjà saignant d’une grande douleur, fît un tel effet sur Edwin qu’à son tour il tomba gravement malade, et, pendant plusieurs semaines, resta entre la vie et la mort.

Sa bonne constitution, les soins empressés dont il fut l’objet, le sauvèrent, et quand il revint à la santé, il lui sembla qu’il était dégrisé. Le souvenir de Toinette n’éveillait plus en lui que des sentimens fort calmes. C’est au point qu’une nouvelle lettre d’elle, lui annonçant son mariage avec le comte, le laissa très froid; mais aussi dans le même temps il avait trouvé un dédommagement. On se rappelle cette jeune Léa, la fille du peintre des haies, à qui il avait donné quelques leçons trop vite interrompues. En le remerciant de ses soins, le père lui avait envoyé, — nous ne savons trop pourquoi, — le cahier où sa fille avait noté ses impressions, une espèce de journal d’elle-même s’entrelaçant avec le résumé de ses leçons, et, malgré quelques pages déchirées évidemment avec intention, Mlle Léa laissait percer entre les lignes, et même çà et là dans les lignes elles-mêmes, que son professeur l’avait, sans le savoir, initiée à bien d’autres choses que la philosophie. Comme en même temps elle n’était pas moins éprise des idées de son professeur que de sa personne, Edwin se sentit attiré par un penchant subit vers une élève aussi sympathique, il découvrit qu’elle avait de très beaux yeux, noirs et pensifs, qu’elle était belle d’une beauté recueillie et paisible, que son intelligence était élevée, son cœur excellent; bref, il sentit qu’il en devenait amoureux, et courut, dès que cela lui fut possible, à la demeure du Zaunkœnig. Il était temps. L’infortunée Léa se consumait dans son amour ignoré, et aurait pu chanter comme Fortunio, si elle avait eu assez de voix pour cela :

Mais j’aime trop pour que je die
Qui j’ose aimer...

Elle ne dormait plus qu’une heure par nuit et ne mangeait pas une fois par jour, son père ne savait plus à quel saint se vouer; mais à