Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lou, qui à mon avis est bien la plus admirable bête que l’on puisse rêver. Si la señora Wilson veut m’en croire, ajouta-t-il plus bas, elle ne s’assoira plus désormais sur un hamac et ne montera plus à cheval que lorsqu’une distance de cent lieues la séparera de cette séduisante doña Lorenza. — Le jeune secrétaire s’exprimait encore assez haut pour être entendu de ses voisins, et les Mexicains, presque Français au point de vue du développement de l’amour-propre national, souriaient d’un air approbateur.

On atteignit la crête des collines qui dominent la vallée, et toute une suite de sommets, les uns défrichés, les autres encore couverts de forêts vierges, se montrèrent à l’horizon. En dépit de son monocle, la vue de l’attaché d’ambassade était excellente, et il s’extasia devant la beauté du paysage. Une pente rapide, jonchée de rochers, conduisait au fond d’un vallon traversé par un étroit torrent. Le soleil, en cet instant découvert, embrasait l’onde écumeuse et la faisait ressembler à une traînée de flammes. Bientôt la route ne fut plus qu’un sentier accidenté, et les cavaliers, forcés de s’éparpiller, guidèrent leurs chevaux à droite et à gauche pour ne pas marcher à la file.

— Aimez-vous à galoper, señor français? demanda soudain Lorenza à Albert, qui s’efforçait de se maintenir près d’elle.

— En votre compagnie, señora, j’aime tout.

— En avant donc! s’écria la jeune femme. — Et, lâchant la bride à son cheval, elle se lança sur la pente abrupte. Albert, surpris, n’hésita qu’une seconde et suivit son audacieux guide. Parvenue au fond du vallon, doña Lorenza franchit le torrent, puis remonta la berge au galop pour ne s’arrêter que sur une plate-forme où Albert et quelques cavaliers la rejoignirent. En se retournant, elle vit la cantatrice sans chapeau, cramponnée à sa selle, tandis que don Luis et le mari de Quirina contenaient sa monture excitée.

— Qu’est-il donc arrivé? demanda la créole d’un ton de surprise.

— Cette señora n’a pas su retenir son cheval, dit un cavalier qui arrivait; elle ne sait galoper que dans les plaines.

— C’est un plaisir que nous lui donnerons tout à l’heure, murmura doña Lorenza avec une expression cruelle dont Albert fut frappé.

Redescendant aussitôt à toute bride, faisant franchir à sa monture les rocs et les buissons, la créole vint se ranger près de la cantatrice. — Je vous demande pardon de mon étourderie, señora, lui dit-elle, descendre une colline en courant est un jeu dans mon sauvage pays, et j’ai oublié de vous mettre sur vos gardes.

La cantatrice, qui avait failli choir, rejeta la faute de sa mésaventure sur son cheval.