Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi telle était la situation après deux heures du soir. Le général Vinoy, maître de Montretout, se maintenait avec fermeté sur les positions conquises; il avait même essayé d’utiliser la redoute en l’armant de quelques pièces, à la vérité bien peu efficaces contre le feu de l’ennemi, qui s’animait par degrés et qui était bien autrement puissant. Le général de Bellemare avait continué son mouvement avec assurance, essayant d’enlever la maison Craon, menaçant Garches, arrivant jusqu’au bord du plateau de La Bergerie, qu’il ne pouvait pas prendre, mais devant lequel il restait sans reculer, appuyé qu’il était en ce moment par les forces de Ducrot, détachées vers le haut du parc de Buzenval. Du côté de Longboyau, on était tenu en échec. On combattait courageusement; la division Faron, arrivée sur ces entrefaites, s’était engagée à son tour, la division Susbielle refoulait l’ennemi dans le parc de La Malmaison, dans le vallon de Saint-Cucufa, et le tenait en respect, garantissant la sûreté de la droite de notre armée. On n’avançait pas, on ne reculait pas; rien n’était perdu, rien n’était décidé. Seulement jusque-là l’ennemi s’était visiblement borné à se défendre, et avant trois heures il devenait clair que les Allemands à leur tour se décidaient à reprendre l’offensive. Les chefs prussiens, excités par la présence du prince royal, qui venait de se montrer sur le champ de bataille, et du roi Guillaume lui-même, qui était accouru à Marly, sentaient la nécessité d’un vigoureux effort pour regagner le terrain perdu, pour dégager le front de leurs lignes avant la nuit. Ils se croyaient désormais en sûreté à Longboyau; de ce côté, ils considéraient l’attaque française comme définitivement arrêtée après la dernière tentative faite vers deux heures, et dès lors ils pouvaient se tourner vers Saint-Cloud et Montretout, vers la partie des hauteurs de Garches que nous occupions et vers Buzenval.

C’est sur cette ligne en effet qu’ils lançaient plusieurs colonnes, après avoir accablé de feu nos positions, et dès ce moment s’engageait sur tous les points une lutte des plus violentes. Bellemare se maintenait toujours néanmoins et opposait la plus ferme contenance à l’ennemi. Vinoy défendait énergiquement ses positions, appelant à son aide la brigade Avril de L’Enclos de la division Courty, laissée jusque-là en réserve. Malgré des efforts désespérés, les Prussiens se sentaient arrêtés à leur tour par nos bataillons, qui paraissaient fléchir quelquefois, mais qui revenaient aussitôt en avant et reprenaient leur ligne de combat. Les Allemands n’avançaient pas. Sur le front de Garches, où ils s’étaient portés avec fureur, ils avaient gagné peu de terrain; à Buzenval, ils venaient se briser contre le mur supérieur du parc défendu par les soldats de Bellemare et de Ducrot; leur tentative contre la redoute de Montretout échouait complètement.