Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 101.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fit un mouvement pour se retirer. — Restez, mademoiselle, j’ai une communication à vous faire, dit le colonel en baissant la tête et en devenant très rouge. Je m’étais trompé; Anstruther n’était pas coupable.

— Je le savais, répondit simplement Cécile.

— Que voulez-vous dire? s’écria Levestone. Les témoignages étaient formels.

— Nous avons tous été induits en erreur, et la reine avait raison. Si vous saviez dans quel état m’a mis la pensée d’avoir condamné un innocent! C’est hier soir que j’ai fait cette découverte; depuis je n’ai plus ma tête. Si du moins nous pouvions réparer le mal!.. Je n’en vois pas le moyen.

— Il n’accepterait pas de réparation de vous, qui vous êtes laissé aveugler par la haine au point de ne pas voir combien il était incapable de commettre une action si basse, dit fièrement Cécile.

— Il aurait tort; en tout cas, je ne vois rien à faire, si ce n’est de proclamer hautement son innocence.

Cécile l’observait; Houston continuait à baisser les yeux; son visage bouleversé attestait de la violence qu’il s’était faite pour venir si bravement confesser son erreur. La jeune fille s’avança vers le colonel sans bruit et lui tendit la main. — Vous vous êtes conduit en homme d’honneur aujourd’hui, dit-elle; soyons amis. Je vous avoue que je vous accusais d’avoir inventé cette calomnie. Je vous demande pardon de tout mon cœur de mes injustes soupçons.

— Quoi! aviez-vous réellement si mauvaise opinion de moi? dit le colonel en prenant la main de Cécile. Alors... peut-être... Il s’arrêta, averti par un regard de la jeune fille.

— Racontez-nous donc comment vous avez découvert votre erreur, dit Levestone.

Le colonel exposa le concours de circonstances fortuites qui avaient fait croire à la culpabilité d’Anstruther, le hasard qui était venu fournir la preuve de son innocence, et il termina par ces mots : — Si du moins je savais où lui écrire!

— J’ai son adresse, répliqua étourdiment Cécile.

Houston se détourna et sortit.

Il se contint tant qu’il fut dans la rue, mais, une fois seul dans sa chambre, loin des regards curieux, il se laissa tomber sur un siège, étendit ses bras sur la table et posa sa tête sur ses bras ; il n’en pouvait plus, il souffrait trop. — Elle lui écrit! murmurait-il entre ses dents. Pourquoi ai-je été lui raconter tout cela? Il va revenir et l’épouser. Et moi... que suis-je pour elle? L’homme qui a causé la perte d’Anstruther! Je ne pouvais pourtant pas me taire et laisser croire qu’il était coupable; non, c’eût été une lâcheté. Oh ! que je le hais ! que je voudrais le tenir là, face à face...