Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 101.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réussissait qu’à frapper sur la France. L’histoire ainsi pratiquée n’enseignait aux Français que l’indifférence, aux étrangers que le mépris.

De là nous est venu un patriotisme d’un caractère particulier et étrange. Être patriote, pour beaucoup d’entre nous, c’est être ennemi de l’ancienne France. Notre patriotisme ne consiste le plus souvent qu’à honnir nos rois, à détester notre aristocratie, à médire de toutes nos institutions. Cette sorte de patriotisme n’est au fond que la haine de tout ce qui est français. Il ne nous inspire que méfiance et indiscipline; au lieu de nous unir contre l’étranger, il nous pousse tout droit à la guerre civile.

Le véritable patriotisme n’est pas l’amour du sol, c’est l’amour du passé, c’est le respect pour les générations qui nous ont précédés. Nos historiens ne nous apprennent qu’à les maudire, et ne nous recommandent que de ne pas leur ressembler. Ils brisent la tradition française, et ils s’imaginent qu’il restera un patriotisme français. Ils vont répétant que l’étranger vaut mieux que la France, et ils se figurent qu’on aimera la France. Depuis cinquante ans, c’est l’Angleterre que nous aimons, c’est l’Allemagne que nous louons, c’est l’Amérique que nous admirons. Chacun se fait son idéal hors de France, Nous nous croyons libéraux et patriotes quand nous avons médit de la patrie. Involontairement et sans nous en apercevoir, nous nous accoutumons à rougir d’elle et à la renier. Nous nourrissons au fond de notre âme une sorte de haine inconsciente à l’égard de nous-mêmes. C’est l’opposé de cet amour de soi qu’on dit être naturel à l’homme; c’est le renoncement à nous-mêmes. C’est une sorte de fureur de nous calomnier et de nous détruire, semblable à cette monomanie du suicide dont vous voyez certains individus tourmentés. Nos plus cruels ennemis n’ont pas besoin d’inventer les calomnies et les injures; ils n’ont que la peine de répéter ce que nous disons de nous-mêmes. Leurs historiens les plus hostiles n’ont qu’à traduire les nôtres. Quand l’un d’eux écrit que a la race gauloise était une race pourrie, » il ne fait que répéter ce que nous avons dit en d’autres termes. Quand M. de Sybel parle de « la corruption incurable » de l’ancienne société française, il n’est que l’écho affaibli de la plupart de nos historiens. M. de Bismarck disait naguère que la France était une nation orgueilleuse, ambitieuse, ennemie du repos de l’Europe; c’est chez nos historiens qu’il avait pris ces accusations. Nous avons appris récemment que l’étranger nous détestait; il y avait cinquante ans que nous nous appliquions à convaincre l’Europe que nous étions haïssables. L’histoire française combattait pour l’Allemagne contre la France. Elle énervait chez nous le patriotisme; elle le surexcitait chez nos ennemis. Elle nous apprenait à nous diviser, elle enseignait aux autres à se réunir contre nous, et elle semblait justifier d’avance leurs attaques et leurs convoitises.

Pendant cette même période d’un demi-siècle, les Allemands enten-