Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 100.djvu/331

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme la mienne ! Cette remarque me toucha. Je jetai un regard furtif sur ma main, et je ne sais comment il se fit qu’elle ne me parut pas avoir mauvaise grâce. Essayant donc le gant gauche, je rougis un peu, car il était évidemment trop juste, mais elle me consola en disant : — Oh ! il va parfaitement ! — quoique je sentisse qu’elle mentait. Je tirais avec vivacité ; c’était un travail décourageant. Elle me dit : — Ah ! je vois que vous avez l’habitude de porter des gants de chevreau ; ici bien des gens sont maladroits pour se ganter, faute de savoir. — C’était le dernier compliment auquel je me fusse attendu, ayant tout au plus l’expérience de la peau de daim. Un nouvel effort, et je déchirai le gant au-dessous du pouce, jusque dans l’intérieur de la main, mais je m’efforçai de dissimuler ce malheur ; elle persistait dans ses complimens, et moi je persistais dans la résolution de les mériter ou de mourir. — Ah ! vous vous y connaissez ! (Le dessus du gant craquait.) Ils sont exactement à votre mesure, la main est très petite ; s’ils se déchirent, que monsieur ne les paie pas ! (Une ouverture béante au milieu.) Je sais à première vue si l’on a ou non l’habitude des gants de chevreau ; il y a une grâce que l’habitude seule… (Mon poing fit définitivement éclater le gant, dont il ne resta rien qu’une ruine mélancolique.) J’étais trop flatté pour jeter la marchandise sur le comptoir de cet ange ; j’étais en sueur, vexé, confus, mais heureux. Seulement je haïssais mes compagnons pour l’intérêt qu’ils semblaient prendre à l’aventure ; j’aurais voulu qu’ils fussent loin, je me sentais infiniment méprisable en disant : — Celui-ci va bien, et il est très élégant ; j’aime les gants un peu justes. Non, non, peu importe, madame, ne faites pas attention. Je mettrai l’autre dans la rue. Il fait chaud ici. : — Il faisait chaud, je ne me rappelle pas de lieu plus chaud que celui-là. Je payai, et en sortant avec un salut fascinateur je crus distinguer dans l’œil de la jeune femme une lueur de moquerie contenue ; quand, un peu plus tard, je me retournai, elle riait toute seule de je ne sais quoi. — Oh ! certainement, pensai-je en m’interpellant avec dégoût, vous vous entendez en gants de chevreau, n’est-ce pas, triple brute ? — Le silence de mes amis m’ennuyait. Enfin Dan dit d’un air rêveur : — Il y a des gentlemen qui ne savent pas mettre leurs gants, mais d’autres savent à merveille. — Le docteur reprit, s’adressant à la lune, je crois : — Mais un gentleman qui a l’habitude des gants est toujours facile à reconnaître. — Le soliloque de Dan reprit après un silence : — Il y a une grâce… — Assez là-dessus, mes garçons ! Vous vous croyez très spirituels, je suppose ; je ne suis pas de votre avis, et, si vous soufflez un mot de tout ceci à bord, je ne vous pardonnerai jamais ; j’ai dit. — ils me laissèrent tranquille ; nous