Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1872 - tome 100.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
FORMES PRIMITIVES
DE LA PROPRIETE

I.
LES COMMUNAUTES DE VILLAGE.

I. Village communities in the east and west, by Henry Sumner Maine, 1871. — II. Ancient law, its connection with the early history of Society, by the same author, 5e édit, 1870.

Naguère encore on croyait que les dolmens et les pierres druidiques étaient propres aux tribus celtiques. Depuis qu’on a trouvé ces monumens des âges les plus reculés en Néerlande, en Allemagne, en Asie, en Amérique et jusque dans les archipels asiatiques en même temps que les armes et les outils de silex qui caractérisent l’époque de la pierre, on en a conclu que l’humanité a traversé primitivement partout un état de civilisation ou, si l’on veut, de sauvagerie dont l’existence des indigènes de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie nous offre encore aujourd’hui l’image fidèle. De même on avait cru que les communautés de village, telles qu’elles existent en Russie, étaient uniquement propres aux Slaves, et l’on disait qu’ils avaient des instincts communistes. Les slavophiles vantent même cette institution comme particulière à leur race, dont elle doit assurer la suprématie en la préservant des convulsions sociales où se dissoudront, prétendent-ils, tous les états de l’Occident. Aujourd’hui on peut démontrer, — et nous essaierons