Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 93.djvu/323

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES


RÉCENTES EXPLORATIONS


DE LA CHINE




voyage dans les provinces centrales et occidentales de la chine.




I.

Le réseau de montagnes situé au nord de la Chine et tout le pays qui entoure la capitale de l’empire du Milieu venaient d’être étudiés d’une manière remarquable. Un voyageur français avait mis aux mains des naturalistes les plantes et les animaux d’une contrée particulièrement intéressante qui jusqu’alors était demeurée soustraite à l’investigation scientifique [1]. La lumière se faisait enfin sur la vaste région de l’Asie, demeurée si longtemps impénétrable. Les parties orientales de la Chine étaient explorées depuis un certain nombre d’années ; de ce côté, on ne pouvait plus espérer faire de grandes découvertes. Aussi nous indiquions au missionnaire qui servait la science avec une merveilleuse sagacité et un dévoûment inaltérable les provinces occidentales du céleste empire comme la région où désormais il devrait porter ses efforts. L’abbé Armand David avait pris la résolution de visiter le Kan-sou, et d’atteindre le Thibet. Nous allons le suivre dans sa nouvelle campagne ; mais, pour en apprécier l’importance, il est indispensable de prendre

  1. Voyez la Revue du 15 février et du 15 mars.