Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1870 - tome 87.djvu/949

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Là aussi, parmi ces jeunes filles perdues, pour qui une si dure expérience n’est que l’accident normal d’une vie sans direction, le vice est en permanence ; il a saisi sa proie et ne la lâche plus. Autrefois, lorsqu’elles sortaient de l’hospice de la Maternité ou qu’elles avaient été aidées par les sages-femmes des bureaux de bienfaisance, on leur remettait une somme de 35 francs qui était destinée à solder les premières avances faites à la nourrice. On a été obligé de renoncer à ce système. Les amans de ces malheureuses les attendaient devant l’hôtel même de l’assistance publique, sur le trottoir, prenaient l’argent, qu’elles leur remettaient sans même essayer de faire une observation, tant cet acte monstrueux leur semblait naturel, et s’en allaient dans les estaminets interlopes où ils restaient jusqu’à ce que le dernier sou fût dépensé. Dans tout crime commis par un homme il faut chercher la femme, dit-on : soit ; mais dans toute action coupable commise par une femme il faut chercher l’homme ; les deux sexes n’ont rien à s’envier. L’assistance, voyant que les secours qu’elle accordait s’en allaient à un but diamétralement opposé à celui que son devoir lui imposait d’atteindre, a remplacé l’allocation en espèces par un simple bon qui, pour certains bureaux de nourrices désignés, équivaut à de l’argent comptant. Les premières fois que ces mandats furent distribués, on fut assailli de réclamations qu’on n’écouta point, et la majeure partie des bons furent jetés, dispersés dans la rue comme des paperasses inutiles. En présence de tels faits si fréquemment renouvelés, on se rappelle involontairement le mot de l’auteur de Paul et Virginie : « Ah ! que le bien est difficile à faire ! »

Pendant le cours de l’année 1869, l’assistance publique a reçu 61,080 demandes de secours extraordinaires qui toutes ont été l’objet d’une enquête au dossier et au domicile des solliciteurs ; 17,855 ont été écartées, soit parce qu’elles émanaient d’individus notoirement signalés pour mener une existence immorale, soit parce qu’elles suivaient à un intervalle trop rapproché une subvention déjà accordée : 43,225 personnes ont donc participa à la distribution des fonds de bienfaisance dont l’administration centrale s’est réservé l’emploi. Malgré des formalités nombreuses et impérieusement exigées par les nécessités d’une comptabilité et d’un contrôle très sévères, on agit avec une rapidité relativement remarquable. Si la demande arrive le lundi matin, le rapport du visiteur est remis le mardi, et dès le mercredi l’indigent, qui a été prévenu par lettre adressée à son domicile, peut se présenter à la caisse de l’assistance. Les