Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1870 - tome 87.djvu/893

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le faire, l’avantage enfin de fouler un sol où les collecteurs n’avaient pas encore établi le siège d’une exaction savante. Que, pour acquitter les dettes courantes de l’Union et amortir les dettes passées, des taxes, de lourdes taxes, fussent nécessaires, personne n’y contredisait ; mais l’essentiel dans l’assiette de ces taxes était qu’en aucun point la justice distributive ne fût blessée, que toutes les taxes pesassent également sur toutes les épaules, enfin que ce qui était un sacrifice pour la plupart ne devînt pas un bénéfice d’exception pour quelques-uns. Or ces conditions, il était possible de les réunir, pourvu qu’on y mît de la bonne foi et du désintéressement ; on se fut alors épargné la mauvaise raillerie de jeter un faux vernis d’équité sur un système d’une évidente partialité. Conclusion : une réparation était due à des intérêts qui avaient longtemps et impunément souffert. Pour obtenir cette réparation, le gouverneur de l’état de New-York faisait un appel à ses administrés de toutes les classes, ouvriers, cultivateurs, négocians, armateurs, hommes de professions libérales, leur signalant l’obstacle à détruire, l’obstination du congrès, — le but à poursuivre, le dégrèvement des droits sur les frontières de mer. On ne pouvait être plus ferme ni plus catégorique. Des messages dans le même sens marquèrent la reprise des travaux d’autres législatures : l’élan était donné.

Cet élan eût été dès lors irrésistible, si la reconstruction des états que la rébellion avait détachés n’eût pas traîné en longueur. Comment faire pourtant ? On ne pouvait pas leur rouvrir les portes du congrès sans qu’ils fournissent la preuve de leur soumission, et pour cela que de précautions à prendre, dont la moindre était que la majorité ne se laissât entamer ni dans le nombre de ses sièges, ni dans la nature de ses votes ! Parmi ces votes, il en était, comme le tarif, qu’on renouvelait presque sans les discuter. Le tarif datait des grands jours de la résistance. Dégénéré en intérêt pour les uns, il demeurait pour les autres une superstition. A peine osait-on, de loin en loin, y porter la main pour des détails insignifians et pour les besoins urgens du service. Dans ce cas même, le congrès attendait que des hommes spéciaux intervinssent, et c’est ce qui a eu lieu dans le cours de cette session. Une demande de réforme très modérée du tarif a été introduite devant la chambre des représentans par l’un des commissaires du revenu public, M. Wells, débattue devant le comité des voies et moyens et mise sur-le-champ en délibération. Plusieurs semaines se sont écoulées dans l’examen et le vote des articles, et, à en juger par les résultats, on peut dire qu’il s’est opéré une certaine détente dans les esprits, hier réfractaires, aujourd’hui plus disposés aux concessions, comme on va le voir.