Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1870 - tome 87.djvu/482

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CROQUIS ITALIENS

DEVANT UN GROUPE ANTIQUE.


Bienheureuse la destinée
D’un enfant grec du monde ancien !
Fruit d’une amoureuse hymenée,
Il est gai d’une joie innée,
Et deux beaux sangs ont fait le sien.

C’est Pan, bénévole et farouche,
Qui forme son cœur et sa voix :
Il lui met la flûte à la bouche,
L’enfant souffle, le faune touche,
Et la leçon rit dans les bois.

Aux jeux qui font l’homme robuste
Ses muscles tendres durciront,
Il sera fort, il sera juste :
Le gymnase élargit son buste,
Le Portique ennoblit son front.

Orateur de la république,
Contre les Perses odieux
Il parlera le verbe attique.
Il ira, soldat héroïque.
Mourir pour sa ville et ses dieux !

Florence, octobre 1866.


PANNEAU.


Dès l’aube, au vallon de Tempé,
Éros jouait avec Zéphyre;