Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/852

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
THEORIES NOUVELLES
DU POEME EPIQUE

I. Histoire poétique de Charlemagne, par M. Gaston Paris ; Paris, Franck, 1865. — II. Les Épopées françaises, par M. Léon Gautier. Tome Ier ; Paris, Palmé, 1865.

C’est un curieux spectacle que d’observer les changemens que la critique littéraire a subis en quelques années. Bien des gens sont surpris des procédés qu’elle emploie et fort scandalisés des conséquences auxquelles ces procédés la conduisent. Il est certain qu’elle se sert de méthodes et de principes nouveaux, que sa façon de juger les œuvres d’art n’est plus la même, qu’elle les blâme ou les loue pour des raisons différentes. On était surtout sensible autrefois au plaisir délicat de se retrouver soi-même dans les auteurs qu’on étudiait, et l’on faisait ressortir les qualités par lesquelles ils nous ressemblent ; aujourd’hui on remarque davantage celles par où ils différent de nous ; on veut retrouver chez eux un tour d’esprit particulier, une façon originale de penser et de vivre. C’est toute une révolution dans la critique. Au lieu de nous attacher de préférence à l’expression des sentimens généraux qui conviennent à tous les pays et à tous les temps, et de mettre au-dessus des autres les écrivains chez qui ces sentimens sont le plus ordinaires, c’est-à-dire ceux des siècles lettrés et classiques, nous leur demandons plutôt d’avoir des passions qui leur soient propres, et de les exprimer