Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/671

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il est à peine nécessaire d’ajouter, tant cela est évident, que plus en réduirait le temps du service actif sous les drapeaux, plus il deviendrait urgent de constituer solidement la réserve. Il semblerait rationnel, dans ce système, de fixer la durée nominale du service à neuf ans, — trois ans dans l’armée active, mais en fait la vie de caserne serait considérablement réduite, comme en Prusse, par les congés multipliés, par les tolérances au profit des hommes suffisamment développés, — trois ans dans une réserve assujettie à des exercices et à des manœuvres assez prolongés pour nourrir en eux l’habitude de l’arme et l’impression de la discipline, — trois ans dans des corps de vétérans sans autre obligation qu’un service sédentaire en temps de crise.

En combinant ces données diverses, nous arriverons à déterminer la composition de l’infanterie et à trouver l’emploi du contingent annuel. 100 régimens à 24 compagnies constitueraient, à ce qu’il semble, une force rationnelle, et en consultant la loi qui règle notre organisation régimentaire, je trouve qu’il faudrait un personnel de 54,000 hommes, depuis les colonels jusqu’aux soldats-ouvriers, pour former les cadres de ces 100 régimens. Or, en conservant seulement 60 ou 70 simples soldats par compagnie, on aurait une infanterie comportant en pleine paix 156,000 hommes simples soldats et pouvant élargir au besoin ses rangs pour en admettre le double. J’évite les détails arides qu’il faudrait multiplier pour montrer comment, au moyen de congés largement accordés, les 132,000 jeunes gens disponibles chaque année pourraient passer tous sous les drapeaux et y faire un stage suffisant. Il sera plus simple de résumer le système par quelques chiures. Voici donc ce que serait à l’état permanent l’effectif d’une armée active appuyée sur une large réserve nationale.


États-majors et cadres Soldats. Minimum de l’effectif Totaux
États-majors généraux 4.500 « 4.500
Cavalerie 16.000 30.000 46.000
Artillerie 16.000 24.000 40.000
Génie 1.600 4.000 5.600
Equipages militaires 2.300 3.300 3.600
Gendarmerie 4.800 17.000 21.800
Services administratifs 3.500 5.800 9.300
Infanterie 54.000 156.000 210.000
102.700 240.100 342.800

Le tableau qui précède n’est qu’un aperçu, une base