Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/609

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


serpentine mêlés à ceux d’autres roches amphiboliques et de micaschistes trop friables pour avoir conservé les raies comme les roches dures et inaltérables dont nous venons de parler [1].

En jetant les yeux sur une carte de la Lombardie, il est impossible de ne pas être frappé par la vue de cette série de lacs parallèles entre eux et dirigés du nord au sud, dont la tête pénètre dans les chaînes secondaires des Alpes, tandis que l’extrémité méridionale s’effile dans la plaine : ce sont, en allant de l’ouest à l’est, les lacs d’Orta, Majeur, de Lugano, de Côme, d’Iseo et de Garde. Tous ces lacs ont un caractère commun : leur extrémité inférieure est circonscrite par une série de moraines concentriques déposées jadis par le glacier qui descendait dans la vallée où leurs bassins ont été creusés. Chacun d’eux a pour affluent principal un torrent ou une rivière qui le traverse dans toute sa longueur. Quelquefois la rivière a pu se frayer un chemin à travers les digues concentriques formées par les moraines frontales : c’est ainsi que le Tessin, sortant du lac Majeur à Sesto-Calende, circule entre les moraines qui dominent cette ville. L’Adda, ne pouvant franchir celles qui entourent la ville de Côme, s’échappe par le bout du lac qui aboutit à celle de Lecco. L’Oglio traverse le lac d’Iseo, et le Mincio sort du lac de Garde près de Peschiera ; mais la plupart de ces lacs sont barrés par des moraines en arc de cercle qui empêchent tout écoulement en aval ; alors le réservoir se décharge en amont ou sur les côtés. Ainsi le lac d’Orta se déverse par sa partie supérieure près d’Omegna, et ses eaux vont se réunir à celles de la Toce, qui se jette dans le lac Majeur près de Baveno. Les lacs de Varese et de Lugano, également barrés en aval, envoient leurs eaux au lac Majeur : il en est de même des petits lacs de Commabio et de Monate, dont les déversoirs, coulant du sud au nord, débouchent, le premier dans le lac de Varese, le second dans le lac Majeur. Les eaux des petits lacs de la Brianza s’écoulent dans celui de Lecco. Ces lacs, spécialement caractérisés par un écoulement anormal en amont, se rencontrent toujours dans le domaine des anciens glaciers : ils ont été désignés sous le nom de lacs morainiques. Nous les retrouverons dans les Vosges et dans les Pyrénées.

Le grand glacier dont les moraines terminales circonscrivent l’extrémité méridionale du lac Majeur descendait des Alpes pennines comprises entre le Mont-Rose, le Simplon et le Gries, dont les vallées débouchent dans celle de Domo-d’Ossola. Tous ces affluens réunis arrivaient au lac Majeur, usant et polissant les contre-forts de la vallée. Les montagnes granitiques voisines de Baveno faisaient

  1. Voyez, pour plus de détails, Essai sur les terrains superficiels de la vallée du Pô, par MM. Ch. Martins et B. Gastaldi (Bulletin de la Société géologique de France, 1850. 2e série, t. II, p. 387).