Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/472

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le gouvernement autrement que comme une monarchie absolue, et pour elles le progrès a été jusqu’ici un mot vide de sens. D’où leur serait-il venu d’ailleurs? Invinciblement retenues par les règles du bouddhisme dans la sphère étroite des préoccupations terrestres et matérielles, dénuées de toute aspiration élevée, elles sont aujourd’hui ce qu’elles étaient il y a mille ans, et l’on n’ose espérer que leur vue se tourne de si tôt vers le phare lumineux de l’idéal, dont les rayons bienfaisans éclairent le christianisme. Pour qu’elles pussent voir en nous autre chose que des maîtres redoutés ou de cupides aventuriers attirés par l’appât du gain, il faudrait un miracle, car c’en est un que de supposer de nos jours l’Européen d’outre-mer revenant pour ces peuples déshérités aux sentimens de bienveillance patiente, douce, point envieuse et point insolente, que loue si excellemment l’apôtre saint Paul, lorsqu’il dit : Quand je parlerais toutes les langues des hommes et même des anges, quand j’aurais le don de prophétie et de toute sorte de science, ainsi que la foi qui transporte les montagnes, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien. — Aujourd’hui que nous n’avons plus la foi qui transporte les montagnes, et que nous aimons mieux admirer la charité sur parole que de la mettre en pratique, il est à craindre que notre action ne soit longtemps encore impuissante à faire sortir l’extrême Orient de son engourdissement. Peut-être est-il à regretter pour lui que le temps soit passé des grands bouleversemens auxquels présidaient les Alexandre, les Attila et les Gengiskan. Qui sait si son salut n’était pas à ce prix?


Détroit de Messine, 5 juillet.

Si l’on veut n’affaiblir en rien l’impression favorable que l’on emporte du Caire, le mieux est de s’embarquer en séjournant le moins possible à Alexandrie, ville bâtarde et sans caractère, où se pressent en un confus assemblage toutes les races qui peuplent le littoral de la Méditerranée. J’avais eu cependant la bonne fortune d’y rencontrer le cicérone le plus aimable et le plus érudit. Il avait une théorie sur la colonne de Pompée; il démontrait sans réplique que les bains de Cléopâtre n’avaient jamais été des bains, et paraissait de force à lutter avec sir Gardner Wilkinson lui-même sur les antiquités égyptiennes, grecques et romaines, qui de temps immémorial fournissent matière à de si doctes dissertations; mais ma pensée était ailleurs, et, tandis que nous arpentions la place des Consuls, elle avait déjà pris possession du paquebot qui devait nous emporter le lendemain, pour nous débarquer le cinquième jour à Marseille. Cinq jours! la Méditerranée seulement à franchir! Il semble qu’il n’y ait plus qu’à chasser en avant, changer de jambe, et assembler. Aussi mes compagnons de route traitent-ils cette