Page:Revue des Deux Mondes - 1867 - tome 67.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉGLISE ROMAINE
ET
LE PREMIER EMPIRE
— 1800 — 1814 —

VIII.

LES NÉGOCIATIONS DU SACRE ET LE PAPE À PARIS.[1].


I. Mémoires du cardinal Consalvi. — II. Œuvres complètes du cardinal Pacca. — III. Correspondance du cardinal Caprara. — IV. Correspondance de Napoléon ier. — V. Dépêches diplomatiques et documens inédits français et étrangers, etc.


I

À quelle époque Napoléon songea-t-il pour la première fois à se faire couronner et sacrer un jour par le pape ? Cela serait difficile à établir d’une façon un peu précise. Sans contredit les plus ambitieuses pensées hantèrent de bonne heure cette âme profonde, toute pleine de la plus fougueuse ardeur, capable en même temps des calculs les mieux dissimulés, et douée d’une imagination véritablement orientale ; mais, circonstance digne de remarque, depuis que l’essor de sa fortune avait donné un corps réel aux rêves prodigieux de sa jeunesse, Napoléon avait peu à peu cessé d’en entretenir familièrement comme autrefois les personnes de son entourage. A partir du 18 brumaire, tandis que par tous les actes de sa vie publique et privée, par son attitude vis-à-vis des représentans des

  1. Voyez la Revue du 1er décembre 1866.