Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 62.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ENOCH ARDEN
ET
LES POEMES POPULAIRES D'ALFRED TENNYSON

:Enoch Arden and other Poems, by Alfred Tennyson.

Il y a quelque temps déjà qu’ont paru les nouveaux poèmes d’Alfred Tennyson ; mais les belles œuvres poétiques, comme les nobles personnes, se reconnaissent, entre autres marques, à une certaine tranquillité indifférente pour les petites circonstances de temps et de lieu. Quoiqu’elles appartiennent à une époque et à un milieu déterminés dont il est impossible de les séparer, elles ne comptent pas sur l’opportunité, cette déesse recherchée des œuvres au mérite équivoque, et ne redoutent pas la distraction momentanée d’un public partagé entre les mille petits intérêts de chaque jour qui passe. Ce qu’elles ont à dire n’a pas en effet besoin d’être écouté un jour plutôt qu’un autre, car bien qu’elles parlent nécessairement pour les hommes de l’époque où elles paraissent, c’est à une génération tout entière qu’elles s’adressent, et non à un public qu’un même soir verra se réunir et se disperser. Elles ont une date générale ; elles n’ont pas de date particulière de jour, de mois ou même d’année. Si nous pouvions les assimiler aux personnes vivantes, nous dirions qu’elles ignorent la rivalité, n’ont aucun souci de la concurrence et se distinguent par une absence de jalousie qui leur fait supporter, sans craindre d’y perdre rien pour elles-mêmes, les écarts sans cesse renouvelés de l’humaine curiosité.