Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 62.djvu/321

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elles sont destinées. Tout ce que je pus obtenir de l’obligeance des employés, — et c’était déjà une assez grande faveur, — fut d’assister à l’ensemble des manœuvres. C’était un ordre de faits, ajoutèrent-ils, que je n’aurais pu surveiller en descendant moi-même dans la cloche. Les ouvriers étaient sous l’eau depuis près de cinq heures, et si j’attendais jusqu’à midi, je les verrais remonter. L’endroit où ils étaient ensevelis était marqué à la surface par un léger bouillonnement. Cette agitation de l’onde accompagnée d’un faible murmure est produite par le surplus de l’air engouffré dans l’intérieur de la cloche et qui s’échappe de temps en temps à travers l’embouchure toujours béante. Le moment était arrivé de relever les hommes de leur faction sous-marine.

Le contre-maître dirigea mon attention vers un massif échafaudage qui s’élevait assez haut au-dessus de nos têtes et s’appuyait de chaque côté à deux énormes poutres dont l’extrémité inférieure plongeait dans les vagues. Le cabestan transversal qui surmontait cet ouvrage en bois était parcouru dans toute sa longueur par un petit chariot engrené, sorte de poulie mobile à laquelle pendaient des chaînes de fer. Ce sont ces chaînes qui, solidement accrochées aux crampons de la cloche, servent à la déplacer. Le signal avait été donné de remonter : .pull up ! Cet ordre fut aussitôt suivi d’un mouvement de la machine ; mais il s’en fallait de beaucoup que le travail fût rapide. On sentait bien à certains soulèvemens de l’eau et au bruit des chaînes enroulées qu’il se passait quelque chose de particulier ; toutefois la surface agitée ne trahissait encore la présence d’aucune forme visible. Enfin je distinguai dans le clair-obscur des vagues un objet qui ne devait point tarder à paraître, et en effet la cloche souleva peu à peu sa tête convexe au-dessus des eaux troublées. Elle émergea lentement, et avant de quitter l’élément liquide sembla imprimer de ses larges lèvres un baiser à la surface des flots. Les plongeurs eux-mêmes ne parlent-ils point des amours de la cloche et de l’océan ? Elle montait avec une sorte de gravité triste, quand, parvenue à environ trois pieds de la surface, elle s’arrêta en l’air immobile et ruisselante. Je m’aperçus alors qu’un petit bateau gouverné par un marin qui tenait les rames s’était glissé jusque sous l’embouchure de la cloche. De cette cavité je vis sortir de grosses bottes molles qui montaient jusqu’au dessus des genoux, et qui, suivies d’autres grosses bottes, me firent comprendre que deux hommes venaient de sauter dans la nacelle. En effet le bateau lui-même ne tarda pas à se dégager du dôme sous lequel il avait un instant disparu à moitié, et je le vis revenir chargé de deux ouvriers mouillés jusqu’à la ceinture et couverts de boue. Ils venaient de faire une demi-journée sous l’eau et ils paraissaient