Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/846

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peuvent d’ailleurs traverser tous ces degrés en quelques mois. On compte à Philadelphie 2 écoles supérieures, 58 écoles de grammaire, 70 écoles secondaires et 177 écoles primaires, plus 59 écoles non classées, au total 366 écoles fréquentées par 72,000 élèves et dirigées par 1,239 maîtres ou maîtresses. Comme à Boston, les professeurs mâles sont très rares et n’occupent que les emplois supérieurs. Le personnel de chaque école se compose d’un principal, souvent une femme, et d’un ou plusieurs aides ou maîtresses-adjointes, suivant le nombre des élèves et les besoins du service. Le moindre traitement d’une assistante de dernier rang dans les écoles primaires est de 300 dollars (environ 1,500 francs de notre monnaie) ; il est de 320 dollars dans les écoles secondaires, et de 340 dans les écoles de grammaire ; les premières assistantes gagnent dans celles-ci jusqu’à 450 dollars. Les principales reçoivent 400 dollars dans les écoles primaires, 450 dans les écoles secondaires et 750 dans celles de grammaire ; dans les écoles de grammaire des garçons, le principal est toujours un homme et reçoit 1,500 dollars. Quant aux professeurs de la high school des garçons et de la high and normal school des filles, leurs traitemens sont beaucoup plus élevés : le moindre est de 1,200 dollars pour les professeurs mâles, de 600 pour les femmes ; les principaux reçoivent même 1,800 et jusqu’à 2,500 dollars. En règle générale, le plus bas salaire des instituteurs mâles doit dépasser au moins 400 dollars.

Dans les écoles primaires et secondaires, les garçons et les filles sont réunis ou séparés suivant leur nombre, les exigences du local et la commodité du service. Ils sont toujours séparés dans les écoles supérieures ou dans celles de grammaire. Il y a aussi çà et là des écoles hors classement, où tous sont admis, jeunes gens et jeunes filles, pour y recevoir l’enseignement sans traverser les épreuves des examens et des avancemens réguliers. Dans les rangs inférieurs, ces promotions sont faites par les professeurs eux-mêmes ; mais quand il s’agit de passer de l’école de grammaire à l’enseignement supérieur, c’est un des comités du board of controllers qui préside aux examens : les filles d’ailleurs n’y sont admises qu’à quatorze ans, et les garçons à treize. C’est à dix-sept ans seulement que celles qui veulent faire du professorat leur carrière peuvent se présenter devant une autre commission du board, le committee on qualifications of teachers, qui a pour mission spéciale de juger les candidats. Les diplômes qu’il leur délivre sont de première, deuxième ou troisième classe suivant leur mérite, et donnent droit à des rangs divers dans les divers degrés de l’enseignement. Le rang de principal ne s’obtient pas avant vingt et un ans dans les écoles secondaires, avant vingt ans dans les écoles primaires. Il faut