Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE
ANNEXION D'AUTREFOIS

PHILIPPE II ET LE ROI DOM ANTONIO DE PORTUGAL

I. Historia de Portugal nos seculos XVII e XVIIe, por Luiz Auguste Rebello da Silva, Lisbonne 1865. — II. Collection de documentos ineditos para la Historia de España, por don Miguel Salva y don Pedro Sanz de Baranda, Madrid 1864.

Il y a des idées qui voyagent à travers l’histoire et promènent de siècle en siècle leur variable fortune, à laquelle se lie la destinée des peuples. Quand elles sont mûres, elles se réalisent toutes seules. L’occasion, l’imprévu, la volonté ou la résistance des hommes, tout leur vient en aide, tout concourt au but, et ce qui la veille encore semblait absolument chimérique ou à jamais impossible devient tout simple le lendemain : un instant a suffi, l’utopie est devenue une invincible réalité. Quand l’heure n’est point venue ou quand elle est passée, tout devient obstacle et contre-temps. Ce qui semble le plus simple se hérisse d’impossibilités. Un destin ironique se joue des efforts des hommes, des combinaisons les plus naturelles, et les ajourne d’année en année, quelquefois de siècle en siècle. Comment s’est accomplie l’unité de l’Italie, cette unité si récente encore et déjà si vieille qu’il faudrait une révolution, un bouleversement de l’Europe pour l’effacer ? Elle avait cependant contre elle toutes les forces visibles, le pape et l’empereur, les traditions religieuses, le morcellement des souverainetés, les patriotismes locaux, les habitudes et les préjugés. Comment l’union de l’Espagne et du Portugal, l’unité ibérique, pour l’appeler de son nom moderne, n’est-elle qu’un mot jeté de temps à autre dans les polémiques, une conception artificielle et vague désavouée par le sentiment populaire ? Elle avait cependant pour elle les affinités de