Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/549

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RIVALITE
DE CHARLES-QUINT
ET
DE FRANCOIS Ier

CAPTIVITE DE FRANCOIS Ier APRES LA BATAILLE DE PAVIE.[1].



I

François Ier était prisonnier de Charles-Quint. Quel traitement le politique vainqueur réservait-il au chevaleresque vaincu, et » quelle suite aurait pour le royaume de France la captivité du roi ? Dans un pays dont toutes les parties avaient été jointes ensemble par l’ambition entreprenante et l’habileté attentive de ses princes, qui en avaient concentré le gouvernement entre leurs mains comme ils en maintenaient le territoire sous leur domination, les destinées de la monarchie étaient étroitement unies au sort du monarque. L’intégrité de la France semblait subordonnée à la puissance du roi. On avait vu, après la funeste bataille de Poitiers et la prise du roi Jean par le Prince Noir, le royaume, livré au désordre, exposé au démembrement, tomber dans la faiblesse de la désunion et sous la dépendance de l’étranger. N’était-il pas à craindre que la défaite de Pavie et la captivité de François Ier ne fussent suivies

  1. Voyez, sur cette lutte et ses incidens antérieurs, la Revue du 15 janvier 1854, du 15 mars et du 1er avril 1858, des 15 février, 1er et 15 murs 1860.