Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/346

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La police l’arrêta au moment où il prenait la fuite pour la Suisse ; elle l’écroua à la Conciergerie. Sa responsabilité de banquier malheureux passe à l’abri d’une grille ; mais voici qu’à travers les barreaux de sa prison il fait feu… Sur qui ? Sur le pouvoir ? Nullement, mais sur quiconque fait de l’opposition au pouvoir soit au nom de la montagne, soit au nom du socialisme, sur Ledru-Rollin, qu’il appelle « un blagueur, » sur Louis Blanc, qu’il nomme « une queue de vipère, » etc. Et pendant ce temps-là Proudhon, prisonnier sur parole, circulait dans Paris et retournait le soir coucher à la prison. Il y avait là une antithèse ; où était la synthèse ? Elle était dans une lettre au préfet de police Carlier : Proudhon y prenait l’engagement de ne plus écrire un mot contre la politique du président…, et donnant donnant il pouvait aller et venir. Que Proudhon ait écrit cette lettre, on le conçoit à la rigueur : Galilée à genoux est plus grand que Galilée en prison ; mais qu’il ait cherché à glorifier cette abdication de soi-même, on ne peut l’expliquer que par sa nature d’esprit. « Je n’ai fait que sacrifier, disait-il, le plaisir d’écrire au plaisir de visiter mes amis… » Et quoi donc ? Dieu tout à l’heure et moins qu’un homme à présent ! Est-ce là le missionnaire d’une vérité, du moins à son avis ? Ni si haut, ni si bas ! C’est assez pour l’écrivain de rester debout. Quand on a le salut du monde sous son chapeau, écrire n’est pas un plaisir, c’est un devoir et le premier devoir. On a pris l’humanité à sa charge, on ne s’appartient plus, on lui appartient. On fait un bail à la vie et à la mort avec sa conviction ; on n’a pas plus le droit de la mettre au mont de piété que de la vendre à forfait.

Il y avait pendant ce temps-là un homme de bon sens, un Franklin de l’économie politique, qui avait, comme l’autre, le mérite de jeter le sel de l’esprit français sur la sécheresse de la science. C’était Bastiat, cœur honnête dévoré uniquement de l’ambition de la vérité. Il demande à Proudhon la permission de combattre la gratuité du crédit dans son propre journal : Proudhon l’accorde généreusement, et il livre l’économiste à un disciple ; mais bientôt le disciple ne suffit plus, il faut que le maître intervienne et il donne une répétition du dialogue de Gorgias ; Proudhon ergote, Bastiat argumente ; Proudhon injurie, Bastiat discute ; Proudhon échappe, Bastiat le ramène ; Proudhon fuit dans la métaphysique, Bastiat le serre de près, le prend corps à corps, et ne le lâche qu’après l’avoir réduit à l’absurde. Proudhon rompt brusquement la controverse… Quinze ans après, il en gardait encore le souvenir, et il accusait de mauvaise foi… son adversaire.

L’auteur de la Mécanique de l’échange, l’économiste Cernuschi, a repris depuis la question, et il l’a illuminée d’un éclair. On doit distinguer, dit-il, entre le capital présent et le capital futur. Durée