Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1866 - tome 61.djvu/1015

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On peut s’imaginer de quelles représailles la population fut victime. A Tula, la contre-guérilla mexicaine était écrasée, et son colonel, Prieto, n’échappait à ce désastre qu’avec une poignée d’hommes. Seules de tout le Tamaulipas, les villes de Tampico et de Matamo-ros n’étaient pas retombées au pouvoir des libéraux ; Mejia pourtant était assiégé à son tour dans ce dernier port, « Enfin le général Carbajal, après avoir laissé le gouvernement du Tamaulipas à Pan-cho de Léon, soulevé de nouveau, partait pour la frontière à la recherche des Américains [1]. »

Là s’arrête l’histoire de la contre-guérilla en terres chaudes. Depuis son départ de Vittoria, elle a encore eu l’honneur de partager les luttes des régimens français sur un théâtre qui nous est inconnu ; on a pu voir que les partisans s’étaient montrés dignes de leur tâche. Cette page de l’histoire du Tamaulipas contient de curieux enseignemens. L’avenir seul dira si un souverain d’origine étrangère, soutenu par une armée recrutée d’élémens rivaux et étrangers, entouré de ministres étrangers, pourra réunir en un solide faisceau les partis pleins de haines ravivées par la lutte. Au souffle d’un nouveau patriotisme, les Mexicains affirmeront-ils leur patrie, ou bien le Mexique ne sera-t-il vraiment une nation que lorsqu’il aura cessé d’être le Mexique ? Si toutes ces questions intéressent la France, celle de l’évacuation de nos soldats lui importe bien autrement, car s’il a été glorieux de promener notre drapeau des mers du Japon aux rives du Pacifique, l’intérêt de notre pays commande de mettre promptement un terme aux sacrifices prodigués dans une entreprise lointaine, qui sans doute ne devait être de prime abord qu’un hardi coup de main, encouragé par un premier succès remporté en Chine. Dieu veuille que le départ de notre dernier bataillon ne donne pas le signal des représailles, et ne soit pas suivi du massacre de nos compatriotes et des populations compromises par notre politique ! Il serait pénible de songer que de si longs efforts sont restés stériles pour la régénération d’un pays qui a déjà coûté tant d’argent à notre trésor, tant de victimes à notre armée, tant de larmes à la France.


Cte E. DE KERATRY.

  1. Extrait d’une lettre du cousin de Carbajal, La Serna, préfet politique à Tampico.