Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/401

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES FINANCES
ET LA LIBERTÉ POLITIQUE

LES BUDGETS DE L'ANGLETERRE ET DE LA FRANCE

On a souvent comparé les institutions politiques de notre pays avec celles de l’Angleterre, et suivant que la comparaison se fait d’un côté ou de l’autre du détroit, on arrive à des conclusions différentes. Si c’est un écrivain français qui parle, il cherche à démontrer qu’à part la liberté politique, qui est sans doute moindre chez nous qu’en Angleterre, l’ensemble de notre organisation sociale vaut mieux que celle de nos voisins, que la marche de nos services administratifs est meilleure et plus rapide, que la justice est mieux rendue, moins coûteuse, et qu’enfin nous possédons à un degré supérieur à l’Angleterre un des avantages que nous apprécions le plus, qui est l’égalité. Pour peu que cet écrivain soit attaché au régime actuel, il vous démontrera même que nous avons autant de liberté politique que l’Angleterre, que notre base est infiniment plus libérale, puisqu’elle repose sur le suffrage universel, tandis que nos voisins en sont encore à ce suffrage restreint condamné par la démocratie moderne, sans qu’il y ait grande chance de les y voir renoncer de si tôt malgré les discours de quelques radicaux et l’appui inattendu de M. Gladstone.

Je n’ai pas l’intention de me mêler à ce débat, d’entrer dans le détail de l’organisation politique des deux pays, pour chercher quelle est la meilleure ; je veux seulement, par un côté essentiellement pratique, accessible à tous les esprits et intéressant tout le monde, étudier quelle est l’organisation qui a produit les résultats les plus