Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/340

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que pour les gens à grandes affaires comme mes patrons, MM. Picaro, Schelm et compagnie, du Rosario. Nous venons, par exemple, de conduire à bien une entreprise magnifique. Mes patrons sont les banquiers du gouvernement national, et ils ont été chargés par celui-ci d’acheter des navires à vapeur qu’on armera en guerre pour l’escadre du Parana. Je suis allé à Rio-de-Janeiro, j’ai fait l’acquisition de quatre steamers chargés autrefois du service de la baie ; j’ai pris soin qu’ils fussent repeints à neuf ; j’ai ajouté à la poupe des sculptures à grand effet, une sirène dorée grimaçant au nez du public d’un air agréable, un grand aigle aux ailes déployées, un soleil entouré de rayons flamboyans, et puis des noms sonores, retentissans : el Vencedor, el Conquistador, el Peleador, el 25 de Maïo. Ces petits vapeurs ainsi badigeonnés pouvaient valoir chacun de trente à quarante mille francs ; nous les avons vendus au gouvernement vingt-cinq, trente, quarante mille piastres.

Sir Henri se récria. — Hé ! monsieur, continua l’Allemand, qui, se voyant écouté, devenait de plus en plus communicatif, le gouvernement, la politique, c’est ici le terrain vraiment productif. Ceux qui, pareils à Valduque, piochent et labourent sont des imbéciles ; mais vous comprenez qu’il faut savoir s’y prendre. Par exemple, vous suscitez une idée, le chemin de fer du Rosario à Cordoba ! Quelques jolies dames (dans ce pays c’est un élément de succès qu’il ne faut pas dédaigner) parlent de votre plan dans les salons. Vous rédigez un mémoire présenté au ministre de la guerre. Dans ce pays, comme partout ailleurs, les différens ministères se détestent et vivent dans un perpétuel conflit. Le ministre de la guerre n’a pas de fonds de reste ; il demande à grands cris des armemens, de l’artillerie, etc. Vous vous tournez alors du côté du ministre des travaux publics ; auquel, si vous n’aviez pas connu le terrain à l’avance, vous vous seriez d’abord adressé. Le ministre vous donne audience ; vous vous étendez longuement sur le refus de son collègue ; vous assaisonnez votre récit de quelques détails qui irritent l’amour-propre du ministre à qui vous parlez. Il faut, dites-vous, ordonner des travaux préliminaires, arpentage, sondage, etc., avant de chercher des actionnaires et des capitaux pour cette grande entreprise. Le ministre est ébranlé. « A combien montera le coût total ? — A dix mille piastres, excellence. — Monsieur, dira-t-il en vous regardant fixement, cela reviendra à vingt mille piastres, et je les ferai porter au budget ; vous m’avez compris ? » Quelques semaines après, vous présentez le compte volumineux d’un arpenteur qui n’a peut-être pas quitté son cabinet, mais qui est censé avoir passé tout ce temps entre Rosario et Cordoba. L’addition des frais porte vingt mille piastres : le trésor vous les paie ; vous en remettez dix mille à son excellence, et… le tour est fait.