Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contraste fâcheux avec le bonheur dont il jouissait, ou qui, par leur fière attitude, paraissaient condamner sa soumission. Toutes les fois qu’un proscrit revenait à Rome, il lui semblait qu’il se délivrait lui-même d’un remords et qu’il échappait aux reproches des malveillans. Aussi, quand il eut obtenu, contre son attente, la grâce de Marcellus, sa joie ne connut-elle pas de bornes. Elle alla jusqu’à lui faire oublier la résolution qu’il avait prise de se taire, et à laquelle il avait été fidèle pendant deux ans. Il prit la parole dans le sénat pour remercier César, et prononça le célèbre discours qui nous est resté [1].

la réputation de ce discours a eu des fortunes très diverses. On l’a longtemps admiré sans réserve, et au siècle dernier le bon Rollin le regardait comme le modèle et le dernier terme de l’éloquence ; mais cet enthousiasme a beaucoup diminué depuis qu’on est devenu moins sensible à l’art de louer délicatement les princes, et qu’on fait plus de cas d’une parole franche et libre que des flatteries les plus ingénieuses. Il est certain qu’on souhaiterait parfois dans ce discours un peu plus de dignité. On est surtout choqué de la façon dont les souvenirs délicats de la guerre civile y sont rappelés. Il fallait n’en rien dire ou en parler plus fièrement. Devait-on par exemple dissimuler les motifs que les républicains avaient de prendre les armes et réduire toute la lutte à un conflit d’ambition entre deux grands personnages ? Était-ce bien le moment, après la défaite de Pompée, d’immoler Pompée à César, et d’affirmer avec cette assurance qu’il aurait moins bien usé de la victoire ? Pour ne point juger trop sévèrement ces concessions que Cicéron se croit obligé de faire au parti victorieux, nous avons besoin de nous rappeler en quelles circonstances fut prononcé ce discours. C’était la première fois qu’il parlait en public depuis Pharsale. Dans ce sénat épuré par César et qu’il avait rempli de ses créatures, on n’avait pas encore entendu une voix libre. Les amis et les admirateurs du maître avaient seuls la parole, et quelque excès que nous trouvions dans les éloges que Cicéron lui donne, on peut être assuré que toutes ces flatteries durent sembler tièdes au prix de celles qu’on entendait tous les jours. Ajoutons que comme personne n’avait encore osé faire l’essai de la tolérance de César, on n’en connaissait pas exactement les limites. Or il est naturel que celui qui ne sait pas au juste où commence la témérité redoute toujours un peu d’être téméraire. Lorsqu’on ignore la mesure de la liberté permise,

  1. Il va sans dire que je crois à l’authenticité de ce discours : elle a été contestée pour des raisons qui me semblent futiles. Je répondrai plus loin à celles qui sont tirées du caractère même du discours, en montrant qu’il est moins bas et moins servile qu’on ne le prétend.