Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 54.djvu/1015

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ESSAIS
DE
MORALE ET DE LITTERATURE

V.
LA VRAIE NATURE DU BONHEUR.

I. Philosophie du Bonheur, par M. Paul Janet, 1 vol. in-8°. — II. Du Bonheur, par M. le comte Agénor de Gasparin, 1 vol. in-12 ; Paris, Michel Lévy.

Il y a déjà bien longtemps que nous nous étions proposé de parler du livre excellent de M. Paul Janet sur la Philosophie du Bonheur. Le livre a cependant fait son chemin sans bruit, et dans ce tranquille succès notre lenteur trouve une excuse et une consolation. Pourquoi avons-nous tant tardé ? C’est que chaque fois que nous voulions prendre la plume une sorte de terreur panique s’emparait de nous, et alors nous nous adressions in petto le petit discours que voici : Parler du bonheur, disserter sur le bonheur, n’est-ce pas, la plus intolérable des audaces ? Quel droit possédons-nous et même quel droit possède n’importe quel être humain à parler du bonheur ? Vouloir entretenir ses semblables d’un pareil sujet, n’est-ce pas à la fois une effronterie et une insolence ? Une effronterie, car quel est l’homme qui peut se flatter de connaître à fond ce sujet, sur lequel il n’est pas deux personnes qui parviennent à s’entendre ? Qui donc a vu le bonheur ? qui l’a connu ? Tous le rêvent à la vérité ; mais rêver d’une chose, est-ce la connaître ? Et ne nous exposons-nous pas à nous entendre dire : Parlez-nous donc des choses qui vous sont familières, de Shakspeare, d’Arioste ou de Goethe, et ne venez pas nous entretenir de celles où, moins que nous encore, vous