Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 47.djvu/822

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas oublier en effet que l’élément principal du revenu de la ville est essentiellement variable et mobile, et qu’il suffit d’un temps d’arrêt dans la prospérité publique pour influer sensiblement sur le produit de l’octroi. La ville se trouverait alors sous le coup d’une véritable dette flottante pour le remboursement des bons de la caisse des travaux, dont l’échéance varie de trois mois à un an. Enfin, et c’est ici surtout le cas de faire appel à la prudence, il y a lieu de craindre que l’annexion de 1859 n’ait pas encore révélé toutes ses conséquences, et n’entraîne un nouvel accroissement de la dette municipale, même en tenant compte de la diminution obtenue chaque année par l’amortissement.

La loi du 16 juin 1859, qui a renfermé dans l’enceinte de Paris onze communes dont une, Belleville, avait près de 60,000 habitans, dont quatre, les Batignolles-Monceaux, Montmartre, La Chapelle et La Villette, en contenaient chacune plus de 30,000, et qui en outre annexa de vastes portions de treize autres communes, constitue bien certainement l’acte le plus important de l’administration de M. Haussmann. En présentant le projet d’extension des limites de Paris à l’approbation de l’empereur, le préfet faisait valoir la nécessité, sous le rapport de la viabilité et de la police, de soumettre à la tutelle de la capitale des localités qui en faisaient réellement partie, et qui avaient pris un tel accroissement que la population s’y était élevée, de 13,000 habitans en 1806, à près de 500,000 en 1859. M. Haussmann exprimait la certitude que, grâce aux obstacles apportés par la zone militaire, il serait bien difficile de reconstruire de nouveaux faubourgs, par conséquent de voir se représenter la nécessité d’une extension nouvelle. Trois ans se sont à peine écoulés, et les faits ont répondu. Pour fuir l’octroi, des villes ont surgi au pied de ces fortifications qui semblaient repousser les constructions futures. Paris a déjà retrouvé sa banlieue grande et petite. La portion des communes restée en dehors des limites a regagné son ancienne importance. Clichy, Saint-Ouen, Gentilly, Saint-Mandé, Boulogne, forment autour de l’enceinte continue un faubourg continu. De nouvelles communes se fondent et révèlent une population agglomérée tout à coup. Entre Neuilly, qui s’est doublé, et Clichy, revenu, malgré l’annexion, au chiffré de sa population, on vient d’ériger en communes les villages Levallois et Champerret, qui réunissent plus de 8,000 habitans. Neuilly en conserve 11,000, Clichy plus de 10,000, Boulogne 20,000, et déjà l’on a parlé du projet de réunir à la capitale toute la presqu’île formée par la Seine du pont de Grenelle au pont d’Asnières. Ce n’est pas tout. On voit déjà se former dans ce que nous appellerons la grande banlieue des centres de fabrication; très importans, tels que Suresnes, Puteaux et Asnières. De Paris à Saint-Denis, les hautes cheminées des usines marquent