Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 47.djvu/818

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entreprises exécutées en vertu de lois spéciales avaient atteint le chiffre de 200 millions. Ce chiffre est déjà notablement dépassé par les dépenses que la caisse des travaux a soldés [1]

Ce sont les décrets du 14 novembre et du 27 mars 1858 qui ont institué la caisse des travaux et rendu ses opérations complètement distinctes de celles de la caisse municipale. Pourvue d’une dotation primitive de 10 millions, doublée en 1861, la nouvelle caisse fut autorisée à émettre une quantité de bons qui, limitée d’abord à 30 millions, s’est élevée à la somme de 100 millions en 1860 et 1861, et enfin à 125 millions pour 1862. Pendant les trois années de 1859, 1860 et 1861, la caisse a payé pour expropriations et travaux 257 millions, et elle a émis pour 354 millions de bons. On a calculé qu’il restait encore à dépenser 266 millions à partir de 1862 pour les dépenses spéciales. Dans la session de cette même année, en demandant que les limites pour l’émission des bons de la caisse des travaux fussent portées à 125 millions, le gouvernement avait déclaré que, dès la négociation de la deuxième moitié de l’emprunt municipal de 1860, une partie de ces bons serait amortie, et le préfet de la Seine promettait d’en restreindre la circulation à 75 millions. D’autre part, dans son rapport au conseil municipal à l’appui du budget de 1862, M. le baron Haussmann présentait à côté du passif de la caisse l’actif, qui en est la contrepartie : il montrait que la ville possédait au 31 décembre 1861

  1. Pour compléter le tableau de ce que coûte déjà la métamorphose de Paris, il faut ajouter aux dépenses soldées par la ville celles que l’état s’est imposées pour lui venir en aide. De 1852 à 1858, l’ensemble des crédits alloués sur les fonds de l’état s’est élevé à 203 millions, auxquels il faut joindre les 22 millions que nécessitera la construction du nouvel Opéra.
    Détail des subsides accordés par l’état à partir de 1852
    Réunion du Louvre aux Tuileries, de 1852 à 1858 62,500,000 fr.
    Elysée 1,400,000
    Réparations aux monumens historiques 2,170,000
    Monument pour le maréchal Ney 50,000
    Boulevard de Strasbourg 3,149,000
    Boulevard de Sébastopol.. 23,500,000
    Hippodrome de Longchamps, 1,500,000
    Tombeau de l’empereur 865,000
    Ministère des affaires étrangères. 4,500,000
    Bâtimens de l’île des Cygnes 428,000
    Palais de l’Industrie 14,880,000
    Boulevard de Sébastopol, rive gauche 12,500,000
    Ponts des Invalides, d’Iéna, d’Austerlitz, d’Arcole 4,250,000
    Cathédrale 3,500,000
    Casernes Napoléon, garde impériale 7,850,000
    Grands travaux de la loi de 1858 60,000,000
    Nouvel Opéra 22,000,000
    225,042,000 fr.