Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 47.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au contraire mes soins avec une prédilection marquée; mais ces trois petits sauvages australiens toujours prêts à vous dévisager de leurs yeux ronds grands ouverts, les tranquilles observations qu’ils se permettent sur l’immonde fainéantise de leur père et l’aveugle faiblesse de leur mère, — leur perspicacité, leur insubordination précoces, me donnent aux mains d’étranges démangeaisons. Je n’ai cependant affaire qu’à eux et à leurs chers parens. Nettie est trop occupée pour m’accorder beaucoup d’attention. Elle va et vient comme si je n’étais pas là, toujours affairée, toujours alerte, et ne se refusant pas de temps en temps, quand l’occasion se présente trop belle, le droit de brusquer Fred et Susan : car c’est un trait de sa nature de ne mettre aucune délicatesse romanesque dans ce qu’elle fait de plus grand. Cette simplicité m’impatiente quelquefois. Si du moins elle avait conscience d’elle-même, d’un saint devoir rempli, d’un noble sacrifice noblement fait, il y aurait là du moins quelque germe de consolation; mais elle se refuse obstinément à interpréter ainsi sa conduite. « Ce n’est pas son devoir qu’elle fait, c’est sa volonté. » Je la voudrais voir aussi plus rebutée du milieu où elle vit. Une petite fée comme elle ne devrait pas pouvoir tolérer toutes ces difformités morales qui me blessent, moi, rien que d’y songer. Titania devrait prendre en mauvais gré les Bottom par qui elle se laisse gruger. J’espérais toujours qu’elle s’en apercevrait à la longue, et j’épiais chez elle les premiers symptômes de dégoût qui signaleraient pour moi l’avortement de sa téméraire entreprise. Rien de pareil ne s’étant manifesté, je dois en conclure, ce me semble, qu’il manque à cette nature d’ailleurs si bien douée une certaine finesse de perceptions, une certaine délicatesse de sentimens dont une femme n’est jamais impunément dépourvue.


….. Jolie soirée que celle d’hier! Assiégé de soucis, épuisé de fatigue, ennuyé pourtant de ma solitude, j’arrivais à Saint-Roque, espérant à part moi que les enfans seraient couchés, Fred dans sa chambre, et ces dames seules au salon. Une causerie paisible, une tasse de thé, le plaisir de contempler tout à mon aise la petite fée d’Australie, je n’en demandais pas davantage; mais cela même, la Providence me le refusa. La porte à peine ouverte, je me trouvai dans un véritable pandœmonium. Les trois enfans, livrés à eux-mêmes, mettaient à sac le vestibule, théâtre ordinaire de leurs jeux. Au risque de se casser le cou, l’aîné se laissait glisser, à cheval sur la rampe, du haut en bas de l’escalier. Mon premier mouvement (mouvement d’homme déçu, je dois le dire) fut de saisir le jeune drôle et de le secouer un peu vivement. Je reçus aussitôt de mon aimable petite nièce un projectile que j’eus le bonheur d’éviter en