Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 45.djvu/956

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait passer par le trou d’une aiguille quand il était fâché… Quel homme que Daniel !

Après cette courte oraison funèbre, Laurent essuya ses yeux humides de larmes, et, s’adressant à Jenny : — Mademoiselle, j’ai fait la commission de M. Kelmère ; si vous le permettez, je reviendrai dans quelques jours pour une autre affaire qui nous concerne aussi tous les deux. Alors seulement je saurai si je dois me réjouir de ce qui m’arrive.

Ayant ainsi parlé, il s’esquiva, tout surpris de la hardiesse avec laquelle il s’était exprimé. C’est que l’on devient moins timide à mesure que l’on sent la pauvreté plus loin de soi, et le Laurent qui venait de faire connaître aux deux habitantes de la ferme les dispositions généreuses du commandant Kelmère n’était plus le pauvre matelot libéré du service qui allait faire voile pour le banc de Terre-Neuve. Lui qui avait été le soutien de sa famille, il en devenait le protecteur, et l’aisance qu’il espérait acquérir en travaillant lui permettrait de donner plus que du pain à ceux de ses proches qui étaient tombés dans l’indigence.

Les derniers mots prononcés par Laurent avaient retenti jusqu’au fond du cœur de Jenny. La jeune fille se sentait enfin délivrée des agitations qui troublaient son esprit ; elle savait à quoi s’en tenir sur ses propres sentimens et sur ceux de Laurent…

Six mois après, Laurent épousait Jenny Lambert. Le commandant Kelmère conduisit lui-même la jeune mariée à l’église : n’était-il pas comme le père de ces époux qu’il avait choisis pour ses héritiers ? Ainsi, en arrachant deux fois le pauvre marin à une mort imminente, la Providence lui avait préparé une destinée digne d’envie. Devenu patron et propriétaire de l’Aimable-Aglaé, Laurent a déjà réalisé de beaux bénéfices ; mais le bonheur ne l’a point rendu ingrat, et il a donné à son premier enfant le nom de Daniel en souvenu, du généreux ami englouti aux Minquiers en cherchant à le sauver lui-même. La ferme de la Petite-Marouillère est triste depuis que Jenny ne l’habite plus. Le commandant Kelmère avait eu la pensée de s’y faire arranger une chambre pour y passer quelques jours pendant la belle saison ; mais, hélas ! dans une troisième tentative qu’il a faite pour retirer du fond de la mer le trésor tant rêvé, il s’est blessé en tombant sur les rocs. Désormais le pauvre homme n’est guère plus valide que son ami Jambe-de-Bois, et les jeunes époux ne tarderont pas beaucoup, selon toute probabilité, à entrer en possession de la ferme qui leur a été promise en héritage.


TH. PAVIE.