Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 45.djvu/701

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’à la sienne, et à rechercher la faveur des puissans, ministres ou valets de chambre du roi, par des manèges peu honorables et auxquels il était peu propre : « J’avoue que je suis capable de bassesse auprès de ceux qui sont utiles à ma barque. » Et en effet, quoiqu’en 1723 il fût déjà conseiller d’état et intendant du Hainaut à l’âge de vingt-neuf ans, grâce au crédit de son père, l’intrépide dompteur du parlement sous la régence, nous le voyons s’agiter dès lors comme le plus plat fonctionnaire pour attirer l’attention sur sa personne : « Pendant que j’étais intendant du Hainaut, il arriva qu’un homme d’Avesnes, qui avait été au sacre à Reims se faire toucher par le roi pour les écrouelles qu’il avait bel et bien, cet homme, dis-je, se trouva absolument guéri trois mois après. Dès que j’appris cela, je saisis cette occasion de faire ma cour, je fis bien vite informer par enquête, certificat, etc., je n’épargnai pas les courriers et les lettres au subdélégué pour être promptement servi, et j’envoyai cela tout musqué au petit bonhomme La Vrillière [1], qui me répondit sèchement que voilà qui était bien, et que personne ne révoquait en doute le don qu’avaient nos rois d’opérer ces prodiges. »

Sept ans plus tard, nous retrouvons d’Argenson à Paris, ayant quitté l’intendance du Hainaut et faisant de vains efforts pour obtenir celle de Flandre, partant de mauvaise humeur, et convaincu que le garde des sceaux et ministre des affaires étrangères Chauvelin, l’homme de confiance du cardinal de Fleury, n’a nul souci des intérêts publics. Dans sa misanthropie, il voit le garde des sceaux tout en noir, et pour exprimer ce qu’il voit il a besoin d’inventer les plus grotesques injures. À l’entendre, Chauvelin n’est qu’un ambitieux subalterne, « qui ne se fera jamais grand qu’à la financière, n’ayant l’état, l’esprit et les manières que d’un poilou ; » c’est un intrigant dur et sournois qui « affecte des airs de bon et ancien magistrat de race, » et se donne le genre d’aimer sa femme et de n’avoir point de maîtresses ; c’est un adroit agioteur chez lequel « la petitesse de génie » égale « l’étendue d’avidité. » Ministre des affaires étrangères, il a engagé la France « dans des embarquemens violens, pour ne faire que cacades, paroles de pistolet et actions de neige ; » garde des sceaux, « il n’a fait de bien que de s’enrichir magnifiquement. » Bref, tout vrai patriote doit s’écrier : « Pauvre royaume, qu’as-tu fait à Dieu pour être ainsi foulé aux pieds ? » Peu après, le jeune conseiller d’état « commence à être plus connu de M. le cardinal de Fleury et de M. le garde des sceaux, » et dès lors il plaint moins la France. Il fait pour le gouvernement

  1. Phelipoaux de La Vrillière, le secrétaire d’état qui avait la province du Hainaut dans ses attributions.