Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 45.djvu/648

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’offrir aux habitans de Londres un cercle de récréations instructives. Il voulait émouvoir l’imagination, pour mieux la gagner au sentiment des arts et à l’étude des sciences ; malheureusement les moyens d’attrait mis en œuvre pour atteindre ce but n’étaient pas très puissans, et, après avoir marché de faux pas en faux pas dans une voie où je ne voudrais point voir le Crystal Palace s’engager, le Panopticon est aujourd’hui tombé au rôle de salle de concert ou plutôt de café chantant. C’est tout simplement l’Alhambra, le même qui, avant cette triste transformation dernière, s’intitulait emphatiquement le Palais des nuits arabes. N’est-il point instructif de placer en regard de cet établissement déchu la Royal Polytechnic Institution, qui se propose, elle aussi, de rendre la science amusante, mais qui, n’ayant jamais fait d’indignes concessions aux goûts frivoles du public, a conservé intacte sa réputation et conquis un certain succès ?

Le Palais du Peuple n’existant encore qu’en projet, et la Polytechnic institution n’illustrant qu’un côté de la science, c’est le Crystal Palace qu’il nous faut choisir comme un type de la manière dont les Anglais comprennent l’alliance du plaisir et de l’instruction. Malgré de regrettables lacunes et certains défauts inséparables peut-être d’une première exécution, ce dernier établissement nous présente d’ailleurs un grand ensemble de faits et d’idées. On voudrait dans cette étude dégager les principaux traits d’un cours d’éducation qui n’est point représenté ailleurs sous les mêmes formes, signaler les améliorations utiles qu’il conviendrait d’y introduire, interpréter en un mot la pensée qui a présidé à l’érection du palais de Sydenham, en disant à la fois ce qu’il est et ce qu’il devrait être. Puissent quelques-unes de nos réflexions, si elles sont justes, exercer une influence sur l’économie du, nouveau palais qu’on est en train de bâtir à Muswell-Hill et de ceux qui s’élèveront sans doute dans l’avenir !


II

Le Crystal Palace embrasse deux grands ordres de faits : l’histoire de la terre avant l’homme, — l’histoire de la terre depuis l’avènement de l’homme. La première de ces histoires se trouve représentée à l’extrémité du jardin. Là le terrain est disposé de manière à figurer des falaises, des plages, des soulèvemens, des bassins, des îles. On y a transporté des roches prises dans les différentes formations géologiques de la Grande-Bretagne. L’intention du professeur Ansted et de sir Joseph Paxton a été d’illustrer par des exemples les zones de la croûte terrestre dans l’ordre où elles se