Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 45.djvu/519

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à cette malheureuse ville qu’à subir les rigueurs d’Ivan le Terrible, qui tua environ soixante mille Novogorodiens. Ainsi à quatre siècles d’intervalle les princes de la Moscovie ruinèrent les deux grandes cités de la Ruthénie, Kiev, la cité religieuse, et Novogorod, la république libre et commerçante. En 1479, la ville de Pskov reconnut aussi la suzeraineté d’Ivan III ; en 1485, ce tsar prit le duché de Tver ; en 1494, il saisit Breansk, Tchernigov, etc. ; les ducs de la Séverie s’étaient soumis à lui volontairement. Tels furent les agrandissemens opérés par Ivan III, qui mit la Moscovie en contact avec la Pologne. L’état des possessions réciproques fut confirmé par un traité conclu en 1509 entre les Polonais et les Moscovites. Par cet acte, Basile, successeur d’Ivan III, s’engageait à ne jamais revendiquer de la Pologne ni Kiev, ni Smolensk, ni aucune autre possession lithuanienne.

Un an après, Basile consomma la ruine de la ville de Pskov. D’après le récit de Karamsine, il fit partir pour la Moscovie trois cents familles, qu’il remplaça par d’autres, tirées des dix villes de la province de Moscou. Il fit évacuer quinze cents maisons et les distribua avec des terres à ses boyards et à ses fonctionnaires ; enfin il partit en triomphe pour sa capitale, où arriva bientôt la grosse cloche du conseil national de la ville vaincue. Ce système, appliqué avec suite et dans toute sa rigueur, changea par la force le pays ruthénien de Pskov, comme celui de Novogorod, en pays moscovites. La langue ruthénienne finit par en disparaître à peu près complètement, ou du moins par y devenir un simple dialecte du moscovite. Le Russe Karamsine, empruntant son inspiration aux chroniques du temps, apprécie ces événemens en une tirade pleine d’émotion. « C’est ainsi que s’éclipsa la gloire de Pskov, prise non par des infidèles, mais par des chrétiens, ses frères. O cité naguère puissante, tu n’es plus aujourd’hui qu’une solitude ! Un aigle à plusieurs têtes et aux griffes acérées s’est abattu sur toi ; il a arraché de ton sein trois cèdres du Liban ; il t’a ravi ta beauté, tes richesses, tes citoyens. Enfin il a traîné nos frères et nos sœurs dans des contrées lointaines où jamais ne vécurent ni leurs pères, ni leurs aïeux, ni aucun de leurs ancêtres. » En 1563, Ivan IV compléta l’asservissement des villes du nord de la Ruthénie en prenant d’assaut la ville de Polotsk.

Ces divers agrandissemens de la puissance des tsars eurent pour conséquence nécessaire que la Pologne entra avec la Moscovie dans une série de guerres dont le but principal était la possession de Smolensk et de Tchernigov. En 1634, il fut conclu à Polanov un nouveau traité de paix perpétuelle dont le résultat fut de laisser à la Pologne une grande partie des villes prises par les deux Ivan et