Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1860 - tome 26.djvu/805

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du parlement qui ont fait de bonnes études et d’une partie du clergé anglican ; le second, Oxford and Cambridge, donne plus volontiers asile aux jeunes gens qui, tout en courtisant les Muses et Minerve, comme l’indiquent les bas-reliefs du monument, ne demeurent point insensibles aux attraits de la vie de Londres ; Le principe d’affinité qui présidait, nous l’avons vu, à la formation des anciens clubs, n’a point cessé d’exercer une influence sur la distribution des modernes club houses. Les membres de l’université, je parle surtout de ceux qui ont blanchi au commerce des livres, se trouveraient mal à l’aise dans le monde au milieu du bruit et des frivolités d’un salon. Au club, ils peuvent au contraire jouir de toutes les délicatesses du luxe et de la bonne chère avec des amis qui suivent la même carrière libérale, et dont la conversation porte sur les mêmes sujets favoris. L’un d’eux appelait cela boire entre frères aux ondes d’Aréthuse. On me fit pourtant observer que les graves docteurs, malgré leur goût pour les ondes sacrées de l’antiquité, ne dédaignaient point les vins délicats, et que la cave du club était une des plus estimées. Cette habitude de s’associer par groupés a dû fortifier dans la Grande-Bretagne la division des classes et concentrer le cercle des connaissances humaines, qui gagnent alors en profondeur ce qu’elles perdent en étendue. Je regrette néanmoins que les hommes d’élite de l’Angleterre aient un peu trop perdu de vue le conseil que donne saint Paul, de se faire simple avec les simples.

Après l’armée et le clergé vient dans la hiérarchie britannique le barreau. De 1828 à 1831, la famille des légistes a fait bâtir dans Bell-Yard, Chancery-Lane, un law club house, On y trouve, comme dans les autres clubs de Londres, des salles de rafraîchissemens et de récréation ; mais le principal caractère de l’établissement consiste dans une salle de lecture où figurent tous les journaux et tous les recueils qui intéressent la profession, dans une bibliothèque choisie et dans des cours sur les différentes branches du droit. La contribution est légère : 5 livres 5 shillings par an. Cette réunion ne compte pourtant guère au-delà de quatre cents membres, car la plupart des légistes, étant à la fois des lettrés, appartiennent soit à l’United University, soit l’Oxford and Cambridge, soit à l’Artenœum.

À l’histoire de ce dernier club, l’Athenœum, se rattachent les noms de sir H. Davy, président de la Société royale, du comte Aberdeen, président de la Société des antiquaires, de sir Thomas Lawrence, président de l’Académie de peinture et de sculpture, de James Mackintosh, de Walter Scott, de Samuel Rogers, de Crocker et d’autres hommes célèbres dans la littérature, la science, les arts ou la vie civile. Le 12 mars 1823, John Wilson Crocker, alors secrétaire