Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/883

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au grade d’adjudant. Ce fut après la conclusion de la paix qu’il se sentit appelé à la prédication, et qu’il abandonna tout pour se consacrer au ministère. Il tourna ses efforts vers les districts les plus joignes de l’ouest, et acquit bientôt un grand ascendant sur les populations. Sa grande taille, ses formes bien prises, sa belle figure, sa voix harmonieuse, l’éloquence naturelle de ses regards et de son geste, tout aidait à l’effet de sa parole sur des hommes rudes et grossiers. On se pressait sur son passage, et M’Kendree se plaisait à réunir autour de lui de grandes multitudes. Ce fut lui qui inaugura les camps religieux (camp-meetings) qui ont été une des particularités les plus curieuses des mœurs de l’ouest, et desquels on a pu dire avec une égale raison beaucoup de mal et beaucoup de bien. M’Kendree donnait rendez-vous au milieu des forêts à la population de tout un canton : en l’absence de tout édifice consacré au culte, il était impossible de réunir autrement qu’en plein air une assemblée un peu nombreuse. On accourait de vingt lieues à la ronde, à pied, à cheval, en chariot ; chacun apportait avec lui de quoi se suffire pendant le voyage et pendant une couple de jours. Une estrade grossière était construite, sur laquelle montait le prédicateur. Un frémissement s’emparait de M’Kendree quand il voyait autour de lui cette foule silencieuse : il semblait près de s’affaisser sur lui-même, sa langue s’embarrassait, ses paroles s’entrecoupaient ; puis tout à coup, comme touché d’une étincelle divine, il se redressait, il éclatait en magnifiques mouvemens d’éloquence, sa voix remplissait l’immensité de la forêt, et les pécheurs que foudroyait sa parole se précipitaient à ses pieds en criant merci. Ces prédications en plein air furent, dans tout l’ouest, le signal d’un de ces grands mouvemens religieux qui se reproduisent périodiquement aux États-Unis, chaque fois qu’une grande commotion ou qu’une excitation nouvelle vient retirer les âmes de leur torpeur, et de la vallée du Mississipi la contagion gagna les états atlantiques. L’honneur en revient au méthodisme et à M’Kendree. Il y avait douze ans que celui-ci remuait par sa parole les populations de l’ouest, lorsque Asbury, en 1800, érigea la vallée du Mississipi en un district dont il lui confia la présidence. Ce district comprenait les états actuels d’Ohio, Kentucky et Texas, une partie de la Virginie et de l’Illinois : il embrassait un territoire de 1,500 milles carrés. Il fallait que M’Kendree en parcourût chaque trimestre la totalité, seul et dans les conditions pénibles que nous avons déjà décrites. Au bout de huit ans, M’Kendree fut adjoint à Asbury dans l’épiscopat par le Choix de la conférence générale, et il exerça vingt-sept ans les fonctions d’évêque ; mais les dernières années de sa vie s’écoulèrent au milieu de cruelles souffrances, par suite des infirmités qui étaient le résultat de sa vie errante et de ses longues privations.