Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/741

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Se roulaient : le plus grand avait six ans à peine.
O tendre floraison de l’enfance sereine !
La joie et la santé luisaient dans leurs yeux bleus ;
Les bluets fleurissant dans les blés onduleux
Et les myosotis éclos dans l’herbe humide
N’ont pas d’éclat plus pur et d’azur plus limpide
Que ces doux yeux d’enfans. — Venue à leur babil,
Et penchée au balcon sous un dais de coutil,
Leur mère, jeune Anglaise en sa pleine beauté,
Les contemplait le front rayonnant de fierté.
Comme des chants d’oiseaux à travers la ramée,
Leurs rires s’enfuyaient vers la mère charmée.
Elle leur répondait des lèvres et des mains,
Et l’air vibrait au bruit des baisers argentins.
Quand le soleil plus haut sur leurs tètes soyeuses
Fit tomber un faisceau de gerbes lumineuses,
De sa voix la plus tendre elle les appela :
— Edwin ! Harry ! — Le couple aussitôt s’envola.
Et j’entendis encore au fond de la maison
Des baisers maternels résonner la chanson.

Le paysage alors me parut sombre et vide.
O forêts, ô blés d’or, azur du ciel limpide,
Vous étiez doublement splendides et charmans
Quand vous vous reflétiez dans ces regards d’enfans !
Tandis que lentement je longeais la charmille,
Paix de l’intérieur, mariage, famille,
Ces grands et simples mots dont on rit à vingt ans,
Vinrent devant mes yeux briller en même temps.
Je m’assis tout songeur au bord de la rivière,
Et je vis, reproduit dans l’eau profonde et claire,
Tout un rêve de calme et de contentement :
— Là-bas, sur ce coteau plein d’ombre en ce moment,
Là-bas, où les noyers montent en longue ligne,
Une étroite maison et deux arpens de vigne ;
Un verger plein de nids ; sur le mur, un jasmin
Dont les brins étoiles pendent vers le chemin ;
Et dans ce blanc logis, peuplé de poésie,
Une femme de cœur, et par le cœur choisie,
Une épouse aux yeux bleus, douce et grave à la fois ;
Des enfans… La maison retentit de leur voix ;
Je crois les voir courir au détour de l’allée,
Comme des oiselets qui prennent leur volée.