Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 22.djvu/734

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le roi aurait pu insister, mais il ne le fit point. Elle pleura encore plus, se laissa conduire à Saint-Cloud. Elle était seule, et tout contre elle, sa fille même, enfant de neuf ans : on avait réussi à lui faire détester sa mère.

Il faisait chaud. Elle prit un bain qui lui fit mal, mais elle s’en remit très bien, et fut passablement pendant deux jours, mangea, dormit. Le 28 juin, elle demanda une tasse de chicorée, la but, et au moment même rougit, pâlit, cria. Elle, toujours si patiente, elle céda à l’excès de la douleur ; ses yeux se remplirent de larmes, elle dit qu’elle allait mourir. On s’informa de l’eau qu’elle avait bue, et sa femme de chambre dit, non pas l’avoir préparée, mais bien l’avoir fait faire. Elle en demanda, en but elle-même ; mais cette eau n’avait-elle pas été changée dans le trajet ?

Était-ce un choléra, comme on l’a dit ? Les signes indiqués ne se rapportent nullement à ce genre de maladie. Elle était fort usée, pouvait mourir sans doute ; mais très visiblement la chose fut accélérée (comme dans l’affaire de don Carlos), on aida la nature. Les valets de Monsieur, qui étaient bien plus ceux du chevalier de Lorraine, comprirent que, dans l’union croissante des deux rois et le besoin qu’ils auraient l’un de l’autre, Madame retrouverait près de Louis XIV un moment de tendresse et d’absolue puissance où le roi ferait maison nette chez son frère et les chasserait. Ils connaissaient la cour, et devinèrent que, si elle mourait, on voudrait cependant maintenir l’alliance et qu’on étoufferait la chose, qu’elle serait pleurée, non vengée, qu’on respecterait les faits accomplis. Ils s’étaient bien gardés de confier le secret à Monsieur, même ils avaient cru pouvoir l’éloigner, l’envoyer à Paris ; un hasard le retint. Il fut étonné, dit qu’on lui donnât du contre-poison ; mais on perdit du temps à lui faire prendre de la poudre de vipère. Elle ne demandait que l’émétique, et les médecins le lui refusèrent obstinément. Chose étrange, le roi, qui vint et qui raisonna avec eux, ne réussit pas davantage à lui obtenir ce qu’elle voulait. Ils tinrent à leur opinion. Ils avaient dit colique, choléra, n’en voulurent démordre. Étaient-ils du complot ? Non ; mais, outre l’orgueil qui les empêcha de se démentir, ils eurent peur d’en voir plus qu’ils n’auraient voulu, de faire très mal leur cour, de trouver des preuves trop claires de l’empoisonnement. L’alliance eût été brisée peut-être, les projets du roi, du clergé, pour la croisade hollandaise et anglaise, eussent été à vau-l’eau. On ne l’aurait jamais pardonné aux médecins. Ils furent prudens et politiques.

On vit là une chose cruelle, c’est que cette femme aimée de tous n’était pas fortement aimée. Chacun s’intéressait, allait, venait ;