Page:Revue des Deux Mondes - 1856 - tome 3.djvu/904

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.


----


14 juin 1856.

La politique générale du monde a ses phases diverses, comme elle a ses élémens complexes. Elle a ses momens d’activité intense et puissante, de même qu’elle a ses heures de repos et d’indécision. Qu’une grande question s’élève, tout se concentre aussitôt autour d’un seul événement, parce que tout tient aux suites de cet événement, à la solution du problème qui résume et absorbe tous les autres. Les affaires de l’Europe prennent l’aspect d’un drame qui a une singulière unité, dont les peuples et les gouvernemens sont les acteurs. On marche droit au but, et toutes les situations, toutes les difficultés sont ramenées à cette préoccupation unique. Il est des heures au contraire, après les momens de grande tension dans les esprits, où la vie générale se morcelle en quelque sorte. L’animation cesse avec la cause qui l’a produite ; l’intérêt se divise, parce que tous ces élémens qui se tenaient groupés autour d’un même fait se dispersent à leur tour. Du grand mouvement imprimé à l’Europe pendant deux années, on dirait qu’il ne reste en quelque sorte que des ondulations qui se prolongent. Qu’est devenue en effet cette question d’Orient qui a remué le monde ? Elle renaîtra plus d’une fois encore sans nul doute ; elle redeviendra l’énigme, l’obsession et l’embarras des cabinets. Pour le moment, elle est passée dans l’histoire. Des points secondaires restent à régler. Des commissions sont envoyées en Asie et en Bessarabie pour tracer les frontières de la Russie et de l’empire ottoman. Une autre commission de délégués européens va se réunir à Bucharest pour rechercher les bases d’une réorganisation des principautés du Danube, et cette réorganisation soulève même un problème qui n’est point résolu encore. La Moldavie et la Valachie seront-elles réunies ou continueront-elles à vivre d’une vie séparée ? Des influences contraires sont en jeu. Les premiers intéressés, les Roumains, demandent la réunion ; le prince Ghika, hospodar actuel de la Moldavie, publiait récemment un mémoire pour réclamer cette