Page:Revue des Deux Mondes - 1856 - tome 3.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES INSTITUTIONS
DE
CRÉDIT EN FRANCE

{{—|lh=2

III.

LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DU CRÉDIT MOBILIER.

I. Statuts de la Société générale de Crédit mobilier. — II. Rapports présentés par le conseil d’administration aux assemblées générales du 29 avril 1854, du 30 avril 1855 et du 23 avril 1856.

I.

Nous ne dissimulerons point l’hésitation avec laquelle nous abordons aujourd’hui l’examen de la société générale de Crédit mobilier. Cette société est une institution nouvelle qu’une expérience suffisante n’a point éprouvée, et qui d’ailleurs n’a pas encore mis en pratique quelques-unes de ses combinaisons les plus importantes. Nulle part, à notre connaissance, cette institution n’a été étudiée, analysée, jugée. On ne sera pas surpris en effet que nous n’acceptions point comme un arrêt définitif sur la valeur du système de la société générale le succès que ses opérations ont obtenu jusqu’à ce jour et la faveur extraordinaire qui s’est attachée à ses actions. L’on comprendra également que nous ne saurions voir les caractères d’une discussion sérieuse et élevée dans les critiques vulgaires, échos de jalousies personnelles et d’obscures rivalités, que sa brillante fortune attire à cette puissante compagnie. Aux scrupules que doit éprouver naturellement tout esprit consciencieux appelé à porter un jugement indépendant sur une expérience économique de cette importance viennent se joindre les préventions