Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1851 - tome 10.djvu/914

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mystérieuse attraction lui eût indiqué sa route. À mesure que nous avancions, les sites devenaient de plus en plus sauvages. Enfin toute trace du travail de l’homme disparut. Nous n’avions plus autour de nous qu’un chaos d’arbres de toutes grandeurs, une bataille de végétation dans laquelle le plus faible se tordait au pied du plus fort, qui l’étranglait de ses replis ou l’asphyxiait sous son ombre. Çà et là, de grands chênes abattus par le temps appuyaient leurs squelettes poudreux aux robustes troncs de leurs successeurs ; les arbustes grimpans qui cherchaient le soleil lançaient leurs guirlandes jusqu’aux cimes les plus élevées, couraient de l’une à l’autre, et formaient mille ponts suspendus le long desquels se balançaient les écureuils. Le sol lui-même, autrefois bouleversé par quelque terrible convulsion, était entrecoupé de ravines au bord desquelles surplombaient des rocs hérissés de ronces échevelées. De loin en loin, il se faisait une ouverture dans ce fouillis de pierres et de verdure ; alors apparaissaient des étangs tout brodés de nénuphars. On voyait passer au-dessus de grandes volées de ramiers, tandis que l’alcyon aux couleurs diamantées rasait rapidement les oseraies, et que le héron, immobile sur les rameaux desséchés du saule, penchait la tête vers les eaux dormantes comme un pêcheur patient.

Nous suivions la rive d’un de ces lacs perdus dans la solitude, quand un grand mouvement se fit tout à coup près de nous. Les grenouilles qui croassaient sur les glaïeuls s’élancèrent au fond des eaux, tous les chants s’arrêtèrent dans le feuillage, et les oiseaux descendirent en tournoyant jusqu’au pied des arbres. Au même instant, l’ombre de deux grandes ailes noircit la surface argentée de l’étang, et j’aperçus un aigle de mer qui semblait flotter dans l’azur du ciel. Après avoir plané quelques minutes, l’aigle descendit comme un trait dans le fourré, d’où il ressortit bientôt tenant dans son bec une proie. Je le vis alors voler vers un grand chêne au haut duquel Bon-Affût me montra son nid. L’oiseau de mer était grand comme une de ces cabanes roulantes en usage parmi les bergers, et il semblait surcharger la cime de l’arbre, qu’agitait un continuel balancement. Mon guide m’apprit que les aigles étaient si nombreux dans la forêt, qu’ils étendaient leurs ravages jusqu’aux basses-cours des villages voisins. On eût même dit que les violences de ces suzerains de l’air encourageaient l’audace des moins forts, selon la remarque de Panurge, que « les bonnes aubaines des brigandissimes élèvent partout des brigandeaux. » J’appris en effet qu’au Gavre la fable du corbeau qui veut imiter l’aigle n’était point une allégorie, mais une réalité. Ces voleurs de fromages osaient ici s’abattre sur les jeunes agneaux et cherchaient à leur dévorer les yeux.

Nous avions atteint le centre de la solitude et nous arrivions à un placis au milieu duquel brillait une flaque d’eau si limpide, que le ciel