Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1851 - tome 10.djvu/651

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POPULUS.

Par ma foi ! voilà une chose à laquelle Thémistocle n’a jamais pensé. Certes, le port du Pirée est une belle chose, mais cela vaut-il l’idée de cette culotte ?

(Au milieu de ces bouffonneries et de cent autres trop grossières pour les indiquer ici, le chœur intervient, et de sa voix poétique et solennelle il adresse au peuple ces paroles auxquelles vingt siècles n’ont rien ôté de leur énergique vérité :)

« O peuple ! ta puissance est grande, on te craint comme un maître irrité ; mais qu’il est facile de te séduire ! Tu veux être flatté et trompé, celui qui parle te fait toujours sa dupe, et alors ton bon sens déménage. Il n’y a nulle raison sous tes cheveux noirs ou gris. Tu aimes à boire tout le jour, tu prends pour chef un voleur que tu nourris, et, quand il est engraissé, tu l’immoles ! »

(Populus rentre chez lui ; mais sa femme Lysistrata est partie pour le club des femmes [1].

POPULUS.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Où ma femme peut-elle être allée ? Ah ! que je suis malheureux de m’être marié à cette jeunesse, moi, un homme d’âge, et que je mérite bien ce qui m’est sans doute arrivé ! (Lysistrata revient enfin, suivie d’une foule de femmes.) Ah ! d’où viens-tu, coquine ?

LYSISTRATA

Qu’est-ce que cela te fait, mon cher époux ?

POPULUS.

Ce que cela me fait ? La belle réponse !

LYSISTRATA.

Tu ne me diras pas que je viens de quelque rendez-vous chez un amant ?

POPULUS.

Pas de chez un seul peut-être. Où t’es-tu donc enfuie ce matin, avec mon manteau encore…

LYSISTRATA.

Eh bien ! puisqu’il faut t’obéir une dernière fois, je viens de notre club ; on y a proclamé l’émancipation des femmes. Vois-tu, tu peux rester tranquillement à manger des poissons frits et à gouverner la marmite ; la république est remise entre nos mains.

POPULUS

Pourquoi faire ? Pour filer ?

LYSISTRATA.

Non, pour gouverner.

POPULUS.

Vraiment ! Eh bien ! je ne m’en étonne pas, puisque aussi bien c’était la seule nouveauté dont on ne se fût pas encore avisé à Athènes. Tu as toujours été la maîtresse céans… C’est une bonne école pour le gouvernement.

LYSISTRATA.

Par Vénus ! notre république sera conduite sur un plan tout nouveau. Je n’essaie rien de ce qui a été pratiqué ou proposé, car tout ce qui est ancien nous ennuie, mon pauvre vieux ; il nous faut du nouveau.

  1. En grec, l’assemblée des femmes.