Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1851 - tome 10.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DES PRINCIPES


DE LA


REVOLUTION FRANCAISE


ET


DU GOUVERNEMENT REPRESENTATIF.




C’est pousser un peu loin peut-être le luxe des œuvres complètes que de tirer des archives du Moniteur [1], où ils étaient, ce semble, fort convenablement ensevelis, des Discours prononcés à la tribune de la chambre des pairs, et qui ont perdu le peu d’importance qu’ils ont pu avoir autrefois par leur rapport au mouvement général des affaires et des partis avant le 24 février 1848. Depuis, tout a changé, la situation, les questions, les choses, les hommes, et ces discours ne s’adressent aujourd’hui à personne. Si je les rappelle, ce n’est assurément pas par amour-propre, car cet amour-propre serait bien trompé : c’est pour me rendre compte à moi-même, et au bien petit nombre de lecteurs qui peuvent s’intéresser à ce que j’écris, des sentimens qui m’animaient à cette époque déjà si loin de nous, et des opinions que j’ai

  1. Comme on le voit par ces premières lignes, cet exposé de principes politiques est à la fois l’introduction et le complément des discours que M. Cousin a prononcés à la chambre des pairs et qu’il se propose de recueillir.