Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1848 - tome 22.djvu/848

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DU


LIBERALISME SOCIALISTE.




LES ECRITS DE M. PROUDHON.




Libéralisme et socialisme, ces deux mots ont exprimé jusqu’ici des idées antipathiques. Dans tous les systèmes d’organisation que les différentes sectes socialistes ont mis en avant, la liberté individuelle de l’homme est généralement comptée pour rien. Voici un écrivain socialiste qui se distingue au contraire par un profond sentiment de la liberté humaine : cet écrivain est M. Proudhon, l’auteur du livre sur la Propriété, publié il y a quelques années, le rédacteur actuel du journal le Représentant du Peuple, un des plus radicaux assurément, un des plus violens dans les termes parmi les nouveaux réformateurs, mais qui rachète à mes yeux tous ses emportemens par son respect pour cette pauvre liberté dont les théoriciens de la nouvelle république font si bon marché. Un conservateur de la veille, un malheureux doctrinaire comme moi, est plus près de s’entendre avec un tel homme qu’avec beaucoup de gens qui paraissent plus modérés, et j’ai lu les livres de M. Proudhon avec plus de sympathie que de colère. La forme en est un peu rude, j’en conviens, et met à l’épreuve la patience, mais ce n’est plus le moment d’être difficile et de faire le délicat.

Comment ! dira-t-on, n’est-ce pas ce M. Proudhon qui a imaginé cette