Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1848 - tome 22.djvu/394

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'AFRIQUE


SOUS


LE GOUVERNEMENT REPUBLICAIN.




Dans les premiers jours du mois de novembre 1846, je débarquais à Alger ; trois autres députés s’y trouvèrent en même temps que moi. Après avoir passé quelques jours dans la capitale de nos possessions, je partis pour l’intérieur avec mes collègues. M. le maréchal Bugeaud, alors gouverneur-général, avait voulu nous servir de guide ; nous traversâmes avec lui le Sahel montueux et pittoresque qui entoure Alger, la plaine célèbre de la Mitidja, les premières chaînes de l’Atlas, la grande vallée du Chéliff ; nous visitâmes les villes de Blida, Médéa, Miliana, Orléansville, Tenès, Mostaganem, et je terminai mon voyage par une courte excursion à Oran. Jamais rien d’aussi étrange et d’aussi nouveau n’avait frappé mes regards ; les Arabes, les colons, l’armée, ces trois grandes fractions de la population algérienne, comparaissaient chaque jour devant nous ; la nature africaine, si pleine de mystères et de contrastes, fournissait aussi un aliment inépuisable à notre attentive curiosité ; à chaque pas, des questions nouvelles s’élevaient. Je ne me lassais pas de regarder, d’interroger, craignant toujours de conclure trop vite, et toujours tenu en suspens par la variété et l’immensité du problème.