Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1848 - tome 22.djvu/277

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


osèrent regarder autour d’elles et s’aperçurent qu’elles n’étaient point seules. Deux femmes en costume de religieuses continuaient silencieusement la prière commencée la veille. Enveloppées dans leur foi, elles n’avaient rien entendu.

M. de Fromental et Ragueneau, intéressés à une œuvre commune, ne pouvaient manquer de s’entendre. Après une franche explication, tous deux convinrent de s’associer pour la délivrance de Mme Boguais et de ses filles. Moins en vue que le commissaire ordonnateur, Maurice était plus libre dans ses démarches ; il pouvait visiter les prisonnières sans être autant remarqué, s’entendre avec elles et préparer leur fuite.

Dès le lendemain, M. de Fromental, qui l’avait pris comme planton, chercha un prétexte pour l’envoyer à la prison. Le sonneur de cloches en revint très abattu. Il avait trouvé Mme Boguais et Céleste couchées toutes deux sur un peu de paille et dévorées par la fièvre. La mère n’avait pu l’entendre ni lui répondre ; mais, au son de sa voix, la jeune fille avait semblé sortir de sa somnolence, ses yeux s’étaient rouverts, et elle avait essayé pour lui un de ces sourires qui donnent envie de pleurer.

A cette nouvelle, M. de Fromental déclara qu’il fallait hâter leur délivrance à tout prix. Par un de ces heureux hasards qu’expliquent la précipitation et le trouble qui alors régnaient partout, les noms de Mme Boguais et de ses filles n’avaient point été portés sur le livre d’écrou. Le geôlier pouvait donc favoriser leur évasion sans exposer sa tête. Ragueneau fut chargé de le gagner. Malheureusement ce geôlier était un paysan normand élevé dans le Maine, c’est-à-dire l’avarice greffée sur la ruse. Il fallut débattre avec lui, sou à sou, le prix de la guillotine ! Après tout ; on ne devait point oublier que maître Fructidor (c’était le nom sans-culotte du digne gardien) avait toujours été un chaud patriote, un excellent père de famille, un geôlier incorruptible. Chacune de ces vertus avait une valeur et demandait à être payée. Ragueneau accorda tout ce qu’il pouvait accorder, et le marché fut enfin conclu.

M. de Fromental voulut avoir la joie de l’annoncer lui-même aux deux malades, tandis que le sonneur de cloches avertissait Eulalie et sa soeur. Toutes deux venaient de quitter leur mère et causaient près d’une fenêtre à demi murée qui ne leur laissait voir qu’une trouée dans l’éther. Un rayon du soleil couchant baignait leurs fronts, et l’air rafraîchi du soir jouait dans leur chevelure. Les yeux levés vers l’étroite ouverture, elles semblaient aspirer avec cette brise et sur ce rayon comme un souvenir de la liberté perdue. Oh ! combien elles regrettaient maintenant les longues marches à travers les landes, les bivouacs glacés à la lisière des bois, la faim à peine assoupie avec les baies de