Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1847 - tome 17.djvu/644

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


POLITIQUE COLONIALE


DE L'ANGLETERRE.




L'AUSTRALIE




I. — Discoveries in Australia, with an account of the coasts and rivers exptored and surveyed during the voyage of H. M. S. Beagle, by J. Lort Stokes, vol. in-8°, London, 1846.
II. Physical Description of New-South Wales and Van-Diemen’s Land,
by P. E. de Strzelecki. 1 vol. in-8°, London, 1845, Longman.


Depuis trente ans, la politique coloniale de l’Angleterre est entrée dans une des phases les plus dignes d’attention qu’elle ait parcourues. Il était réservé aux négociateurs des traités de 1815 d’étendre et d’affermir l’action de cette politique, si bien servie déjà, pendant le XVIIIe siècle, par l’insouciance du gouvernement français. Non-seulement les Anglais furent alors admis à choisir tous les points du globe qui leur convenaient : ils surent encore ne laisser d’importans débris qu’à des peuples maritimes dont ils n’avaient plus à redouter la concurrence. L’Espagne fléchissait sous le poids de ses possessions d’outre-mer, agitées par l’esprit d’indépendance ; la Hollande, dépouillée du Cap, refoulée dans les îles de l’archipel indien, cernée de tous côtés par les colonies britanniques, devait renoncer à une rivalité désormais impossible. Quant à la France, on l’effaçait pour ainsi dire de la liste