Page:Revue des Deux Mondes - 1847 - tome 17.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


laissé dans les ports d’Espagne une seule barque qui ne fût armée [1]. Ainsi, grace à la soumission du ministre, grace à l’activité de l’ambassadeur français, Gravina avait pu suivre l’escadre de Toulon aux Antilles avec 6 vaisseaux, en rallier 9 au Ferrol sous son pavillon et en trouver 4 autres prêts à prendre la mer à Cadix. Mahon et les principaux ports avaient été mis en état de défense ; des chaloupes canonnières croisaient sur toute la côte, et, dans Carthagène, le contre-amiral Salcedo comptait, au mois de juillet, 8 vaisseaux sous ses ordres [2]. Obtenus d’un grand élan national ou du concours spontané d’un gouvernement généreux, ces prodigieux efforts auraient pu mettre en péril la puissance anglaise : arrachés au dévouement pusillanime d’un ministre impopulaire, ils n’avaient fait que préparer, par une fausse confiance en des forces chimériques, un épouvantable revers.

Tout fléchissait alors sous la volonté impériale, et Godoy moins qu’un autre était en état de s’y soustraire ; mais, pendant qu’on usait sans ménagement de sa docilité, on oubliait que derrière ce favori se trouvait un peuple fier et ombrageux, plus attristé de ces humiliations qu’il ne l’eût été de la défaite de Gravina et de Villeneuve. On avait ainsi réuni la marine espagnole à la nôtre ; le cœur des Espagnols n’était déjà plus avec nous. Les premiers symptômes de cette sourde irritation ne tardèrent point à se trahir, quand Villeneuve fut entré à Cadix. Ses vaisseaux manquaient de vivres et surtout de munitions. Le prince de la Paix expédia sur-le-champ l’ordre de mettre à la disposition de l’amiral toutes les ressources des magasins de la Caraque ; l’intendant de la marine à Cadix et le commandant de l’artillerie refusèrent d’obéir à ces instructions : ils déclarèrent qu’aucun objet ne sortirait des magasins confiés à leur surveillance, si l’amiral n’en faisait déposer

  1. Lettre du général Beurnonville à l’amiral Decrès.
  2. Liste des vaisseaux armés par l’Espagne, du mois de mars au mois de septembre 1805 :
    A CADIX AU FERREOL A CARTHAGENE
    Noms Canons Noms Canons Noms Canons
    Santissima-Trinidad 140 Principe de Asturias 110 Reyna 112
    Santa-Anna 112 Neptuno 80 Real Carlos 112
    Rayo 100 San Juan Nepomuceno 74 El Paulo 74
    Argonauta 60 San Ildefonso 74 Joaquin 74
    San-Rafaël 80 San Augustino 74 Asia 74
    Terrible 74 San Justo 74 Guerrero 80
    Firme 74 Monarca 74 San Pablo 80
    Bahama 74 Montañez 74 San Ramon 64
    Glorioso 74 San Leandro 64
    America 64 San Francisco de Asis 64
    España 64
    11 vaisseaux 10 vaisseaux 8 vaisseaux


    TOTAL GENERAL : 29 vaisseaux.