Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 6.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils ne prenaient pas leur grand homme au sérieux, et plus d’une fois, dans ses épanchemens secrets avec le roi de Prusse, d’Alembert se moqua de ce qu’il appelle la maladresse du cordelier. Ce langage n’était pas public, mais ce fut très hautement que, dans les cercles philosophiques, on blâma le pape d’avoir exproprié les jésuites sans assurer leur existence, de n’avoir pas su concilier l’humanité avec la justice ; dureté d’autant moins excusable qu’on ne pouvait l’attribuer à la passion.

Clément s’étonna du succès de son audace. Il en jouit, il en fut enivré, jamais son humeur n’avait été plus gaie ; sa santé même redevint florissante [1]. Quoique mécontens, la noblesse et le sacré collège lui-même gardèrent le silence. Les Transteverins, dont Ganganelli craignait la colère, le reçurent avec enthousiasme ; une diminution adroite sur le prix de quelques denrées avait préparé cet accueil. La prompte restitution d’Avignon par la France, de Bénévent par la couronne de Naples, mit le sceau à la popularité du pape. Un essai de sédition fomenté par le parti vaincu avorta dès sa naissance, et Rome entière semblait avoir oublié le bref Dominus ac Redemptor. Ganganelli était heureux, les moindres indices trahissaient sa joie ; comme son caractère, elle était naïve et enfantine. Un jour, suivi du sacré collège et de toute la prélature romaine, il se rendait à cheval à l’église de la Minerve. Une grosse pluie survint à l’improviste ; porporati, monsignori, tout disparut : les chevau-légers eux-mêmes cherchèrent un abri ; seul le pape, riant des terreurs de son escorte, continua bravement sa route à travers l’orage. Le peuple, enchanté, l’applaudit beaucoup. Ce n’étaient pas là des prouesses de malade, et cette mauvaise santé, dont les amis des jésuites gratifiaient Clément XIV, avait encore échappé à tous les yeux. Hors une éruption cutanée qui le soulageait plus qu’elle ne lui était nuisible. Clément XIV n’avait jamais éprouvé aucune infirmité, et on peut en croire l’abbé Georgel, qui nous apprend, dans un accès de distraction, que la forte constitution de Ganganelli semblait lui promettre une plus longue carrière [2]. Néanmoins, en dépit des apparences, de sourdes rumeurs circulèrent. Tandis qu’aux cérémonies publiques, dans les rues, dans les églises, partout enfin, on voyait le pape plein de force et de vie, le bruit de

  1. Sa santé est parfaite et sa gaieté plus marquée qu’à l’ordinaire. — Expressions textuelles du cardinal de Bernis à la date du 3 novembre 1773.
  2. Georgel, Mémoires, t. I, p, 160.